Pré requis:

Brèves histoires des perspectives.

 

Les perspectives linéaires

 

La perspective cavalière en sciences  et techniques

3D Diamond

 

 

ENVIRONNEMENT du dossier:

Index   warmaths

Objectif précédent   Sphère metallique

Les perspectives.

(présentation)

Objectif suivant

 Sphère metalliqueLes projections

tableau    Sphère metallique info6

liste des cours

DOSSIER : Les Perspectives en dessin :

Définition des éléments nécessaires à l’établissement d’une perspective.

 

TEST

 Filescrosoft Officeverte

COURS

                FilesOfficeverte

Devoir  Contrôle FilesOfficeverte

Devoir évaluation FilesOfficeverte

Interdisciplinarité                        Filescrosoft Officeverteperspective cavalière

 

Corrigé Contrôle  FilesOfficeverte

Corrigé évaluation  FilesOfficeverte

 

 

 

Info. COURS

 

Définitions des éléments :

LE TABLEAU :le tableau est la surface transparente sur laquelle apparaît l’image de l’objet . Il est situé entre le spectateur et l’objet .Il est pratiquement limité par le cadre du dessin .Ce tableau se présente toujours face au spectateur et figure le premier plan .

a1b

Les différentes positions d’un plan dans l’espace :

Les objets peuvent être enveloppés par des plans se trouvant le plus souvent dans des positions multiples. Les droites qui se présentent de face ( ou de front) n’ont pas de perspective et sont figurées par des horizontales ou des verticales , excepté pour ces dernières dans les vues plongeantes ou plafonnantes. La perspective d’une droite vue en bout est un point .

En plus++

La distance : On appelle « distance » la droite menée de l’œil à l’objet. Elle correspond pratiquement à celle menée de l’œil au tableau . C’est « la distance principale ».Pour éviter les déformations cette distance doit être une fois et demie au moins la largeur totale du modèle ou de deux fois au moins sa hauteur . ( si celle ci est supérieur à la largeur du modèle). Cette distance est d’ailleurs commandé par l’ouverture de l’angle optique .

 

La pyramide optique :La pyramide optique a pour base les cotés du tableau et pour sommet l’œil du spectateur. L’axe de cette pyramide correspond théoriquement au rayon visuel principal appelé généralement « distance » . La base de la pyramide , qui représente le tableau , à pour proportions 34  si l’on convient d’adopter une ouverture de 37 ° pour l’angle optique horizontal et 28° pour l’angle vertical.

 

La ligne d’horizon : la ligne d’horizon est la projection , sur le tableau , du plan imaginaire horizontal situé à la hauteur des yeux du spectateur.

 

Le plan principal de vision. : le plan principal de vision est le plan vertical perpendiculaire au tableau ; Il passe par l’œil du spectateur.

 

Le point principal ou point de vue :Le point principal , sur une vue normale , est situé sur l’horizon face au spectateur au centre du tableau . C’est le point de fuite des lignes perpendiculaires au tableau .

 

Le point de distance . : La distance est l’éloignement du spectateur au tableau . Elle se porte sur la ligne d’horizon , à droite ou à gauche du « point principal » Le point est le point de fuite des lignes faisant 45 ° avec le tableau (diagonales du carré horizontal présenté de front par exemple ) . C’est aussi le point de fuite des droites d’égales résections , c’est à dire des lignes qui recoupent les fuyantes principales en portant sur celles-ci , et en profondeur, des grandeurs données de front .

 

Réduction de la distance. :Le point de distance tombe toujours en dehors des limites du tableau . Pour qu’il soit accessible sur celui-ci , on convient de réduire la « distance » au tiers ou au quart et de la porter sur le bord de l’épure par l’indication D/3 ou D/4 . Les profondeurs du plan seront réduites dans la même proportion .

 

Les points de fuite accidentels .les points de fuite accidentels servent à toutes les fuyantes sauf à celles qui sont perpendiculaires au tableau ou fuyantes à 45° .

 

Le plan neutre : le plan neutre est un plan parallèle au tableau. Il passe par le spectateur .

 

Remarques : On appelle « image » une vue perspective .

La « grandeur image  » est une longueur présentée en perspective et de dimensions données . Dans bien des cas , elle sert à déterminer l’échelle géométrale .

Une vue en « vraie grandeur » est un tracé figuré au plan du tableau .

 

 


 

1°)   LE TABLEAU

 

Le tableau est la surface transparente à travers laquelle apparaît le modèle. On le suppose situé entre le spectateur et l’objet. Il peut se comparer à une fenêtre.

En se maintenant à une distance fixe et bien en face de la fenêtre on pourrait tracer sur la vitre tous les détails du paysage tels qu’ils apparaissent. On obtiendrait ainsi une vue perspective appelée aussi « image ».

Léonard de Vinci et Dürer employèrent un ingénieux système leur permettant de dessiner sur une vitre les contours du modèle placé au delà de cette surface transparente.

a1b

Plan de front :

Le petit cadre en carton peut servir de tableau , il permet de délimiter le sujet avec facilité. Ce tableau qui figure le premier plan d’un dessin se présente toujours face au spectateur. C’est ce que l’on appelle un plan de front .

a1a

 

 

 


 

2°) Les différentes positions d’un plan par rapport au tableau  :

Les objets peuvent être « enveloppés »par des plans. La perspective d’un objet se résume à la perspective d’un solide géométrique dont les plans occupent des positions différentes. Les directions parallèles ont un point de fuite commun .Les droites se présentant de face , c’est à  dire parallèlement au tableau , n’ont pas de perspective et sont figurées par des horizontales et des verticales.

Dans la perspective courante on considère que le tableau est « vertical » . Dans le cas courant , les verticales n’ont pas de perspective. Il n’en est pas de même pour les vues plafonnantes ou aériennes plus rarement utilisées.

A)  Positions des plans vus extérieurement

a1d

B )   Les mêmes plans vus « par dessus » en « aérien »

a1c

3°)        Les PLANS ENVELOPPANTS

a1f

a1e

1af

Il est toujours possible de placer les objets dans un volume géométrique simple.

Les directions parallèles ont un « point de fuite » commun.

Les directions parallèles converges vers un point de fuite commun  et les « fuyantes » deviennent des parallèles perspectives.

 

 

4°)  LE « CHAMP VISUEL » DU SPECTATEUR ; OUVERTURE DES ANGLES OPTIQUES

Le « champ visuel » ou « pyramide optique » est donné par l’angle visuel vertical et l’angle visuel horizontal dont les ouvertures sont respectivement de 28 ° et de 37° environ .

Plan vertical :  Angle 28° . La hauteur du tableau tient deux fois dans la distance comprise entre le tableau et le spectateur .

Plan horizontal : angle 37°. La largeur du tableau tient une fois et demie dans la distance comprise entre le tableau et le spectateur.

a1j

a1i

L’ouverture de ces angles est très approximative , rien ne permet de les préciser d’une manière absolue. Il s’agit de grandeurs moyennes  que le dessinateur peut modifier légèrement , sans toutefois dépasser 40° . La bissectrice qui est commune à ces deux angles correspond au rayon visuel principal . Le tableau lui est toujours perpendiculaire .

 

 

La pyramide « Optique »

 

Dans une vue courante , le plan principal de vision est vertical et passe par le rayon visuel moyen . Le plan horizontal est toujours à la hauteur des yeux . C’est sur ces deux plans qu’on place les deux angles optiques déterminant dans la proportion de 3 4 les limites du tableau .Pratiquement  on ne considère qu’un seul de ces angles suivant que le modèle se présente en hauteur ou en largeur .

Le point  « P » est le point principal appelé « point de vue »

a1h

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une vue courante , le plan principal de vision est vertical et passe par le rayon visuel principal.

p11

Le plan d’Horizon est toujours à la hauteur des yeux.

p12

C’est dans ces deux plans qu’on place les deux angles optiques déterminant dans la proportion de 3 4 les limites du tableau . Pratiquement on ne considère qu’un seul de ces angles suivant que le modèle se présente en hauteur ou en largeur .

a1g

 

Les quatre rayons visuels partant de l’œil et passant par les angles du tableau donneront les arêtes  de la pyramide optique ou champ visuel du « spectateur »

Quand une partie du sujet manque d’intérêt on supprime la partie du tableau correspondante. Dans ce cas , le plan d’ horizon ne passe plus par le milieu du tableau .

a1a

 

Distance du spectateur au modèle

Pour  voir l’ensemble  du sujet  le spectateur se place à environ deux fois la hauteur du  modèle , si celui-ci est en hauteur , ou une fois et demie sa largeur , si le modèle est en largeur .

a1l

 

 

  Eléments nécessaires a l’établissement d’un tracé théorique.

Remarquer la ligne de terre .

Le tableau est le plan frontal .

La terre est le plan horizontal L’intersection du plan d’horizon et le tableau est appelée : ligne d’horizon.

Le point « P » est le point de vue.

 

 

 


 

CONTROLE :

Donner une définition concernant :

LE TABLEAU :

Les différentes positions d’un plan dans l’espace :

La distance :

La pyramide optique

La ligne d’horizon

Le plan principal de vision.

Le point principal ou point de vue

Le point de distance .

Réduction de la distance.

Les points de fuite accidentels .

Le plan neutre ;