1.      Vers index warmaths...

 

 

2.     Les méta savoirs.

 

 

3.     Les lois de l’apprentissage.

 

La remédiation ( suite)

 

« remédiation » ou de « médiation »

Ou

 

La remédiation : elle est la  seule solution qui peut conduire un élève ,  en difficulté,  sur les chemins de la réussite scolaire.

 

 

Sommaire :

A) CHRONIQUE d’ une condamnation à l ‘ échec  ou Chronique  d’un échec scolaire annoncé.

B) ce qu’il faudrait savoir sur : CAPACITE ou  COMPETENCE ?

C)  REMEDIATION - MEDIATION : Définitions et champs d’applications. 

 

 

A) CHRONIQUE d’ une condamnation à l ‘ échec  ou Chronique  d’un échec scolaire annoncé.

 

 

Avant de parler de « remédiation » ou de « médiation » on lira ce qui suit :

 

La médiation et la remédiation ne seront efficaces  et n’auront  de sens que si  le formateur est convaincu que chaque  l’élève  dont il a la charge   est un être « capable » .

 

Trop de prof en lycée  croient qu’un élève qui quitte un collège, avec un retard ou des lacunes  est  un élève condamné à l’échec.

 

Il faut  réagir face à ce raisonnement scientiste !!!!!!!!

 

C’est une faute grave que de penser ainsi . 

 

C’ est  une faute grave de la part d’un enseignant  d ’ ignorer ou de ne pas connaître   les travaux  universitaires   qui ont été menés   sur le développement du cerveau et sur  le développement cognitif de l’être humain.  

 

« Le cerveau atteint sa pleine puissance , sa maturité qu’à l’âge de l’ adolescence »  .

 

« Les capacités cérébrales exigées dans le milieu pour « réussir », ne sont pas disponible à un âge déterminé , ces  capacités sont disponibles à des moments différents dans le temps, et cela  même différent pour des élèves d’un même age ».

 

Chaque élève grandi à son rythme ,on sait qu’  il deviendra adulte. Et que ce qu’il ne sait pas aujourd’hui il le saura demain , si on lui donne la chance de pouvoir apprendre ce qu’il est en mesure de comprendre.  

 

Tout individu et jusque sa mort est capable de  capitaliser des savoirs, des savoirs faire.

 

 

 A fortiori , s’il en est ainsi ,  tout élève , est à partir de l’adolescence , potentiellement capable de  capitaliser et utiliser les connaissances qu’il doit posséder et utiliser , comme il  lui est  prévu  d’atteindre à la fin de son parcours  scolaire .     

Evidemment , cette capitalisation ne s’opère pas de la même manière et à la même vitesse . Pour une même classe d’âge , il y a des différences de développement en cours ,  d’un individu à l’autre. C’est à l’adolescence que l’on  est sûr que le cerveau aura le niveau de maturation nécessaire pour  que l’élève puisse  disposer des fonctions cognitives qui lui permettront d’ atteindre le niveau scolaire visé .

 

Avant l’entrée au lycée , soit à la sortie du collège , l’égalité de développement cognitif  n’existe pas pour une même classe d’âge .

Donner l’égalité des chances en terme de réussite scolaire , serait de donner à permettre à partir de cette âge , un enseignement , à chaque individu, pour  remédier l’ensemble des connaissances de bases. 

Ce qui signifie qu’il faut individualiser l’enseignement, en vue d’homogénéiser des groupes classes , et permettre la poursuite d’études  avec la pleine possession des pré requis exigés  .

 

Dans tous les cas :  le constat sur une performance jugée « négative » ce jour  « x »  , peut être  devenir  caduc le lendemain .

 

L’échec programmé , c’est avoir constater une non performance , ne pas avoir diagnostiquer les raisons de cette échec et  poursuivre la progression , passer à une étape supérieure en sachant que celui qui n’a pas réussit sera condamné , parce que les « non acquis » sont au niveau supérieur identifiés comme étant des pré requis qu’il  faut maîtriser impérativement.

 

C’est ainsi que l’on entend des  professeurs juger  certains  élèves comme semblant « capables » , mais possédant « des lacunes »  , de « grandes lacunes ».

Pourtant peu, voir pratiquement  aucun prof.  ne veut donner de  son temps  pour aider l’élève à combler ce déficit .

Il est aussi certain  que certains profs  ne sont pas  capable d’ aider celui qui aurait  besoin pour progresser de combler ces lacunes, parce qu’il est plus difficile de redescendre de niveau et qui leur est plus facile de réfléchir sur la façon de construire de l’information et de la diffuser que de réfléchir sur le « où ?» « quand ?» « pourquoi ? » , « comment ?»  et le « pour qui ? » de cette information.

.

Ce qui suit est vrai à tout les niveaux : Pour continuer  une formation , il faut terminer complètement  la précédente .

Si l’on veut  chercher à « terminer  une formation » , il faut savoir  « identifier » et  « combler » ces déficits , ou lacunes , avec l’aide des activités de  remédiation .    

 

Reste qu ’au collège ou à l’école  , on doit se poser la question : que cherche - t- on à contrôler ou mesurer lorsque l’on donne un « devoir » et que fait-on de ce devoir ?.

L’échec ???? , on passe et on refile le « BEBE » au collègue de la classe suivante ?????? 

Est -il possible de mesurer des compétences et  des savoirs acquis , commune à chaque élève  ? peut -on les noter sur un carnet pour chaque élève ? et faire connaître ainsi le niveau déjà atteint . Le collègue de la classe du dessus pourra  confirmer  ces  « validations » et pourra prendre appui dessus pour que ses interventions soit  rendues performantes . Cela évitera  que le collègue de l’année suivante ne fasse comme à l’habitude : comme -ci le niveau était  atteint ????????

 

 

B )  CAPACITE ou  COMPETENCE ?

 

On teste des capacités (ce que l’on observe avec nos élèves  sont des raisonnements hypothético déductifs  et  la transférabilité des savoirs supposés acquis)  et  on mesure des compétences ( applications des savoirs dans une situation problème ).

On contrôle (très rarement ) le degré de capitalisation des savoirs déclaratifs : ce sont des savoirs « objet » ( linguistique ,sémiologique) et des savoirs « procéduraux » , sur lesquels on s’appuie pour mettre en œuvre une  activité ponctuelle (compétences) .

L’activité pédagogique va permettre d’aider l’élève à gérer ces savoirs et à les exploiter.

 

Les capacités s’évaluent avec des tests   qui ne font pas appellent  à des connaissances capitalisées dans le milieu scolaire , appartenant à un domaine précis.

 

Un individu  peut avoir des capacités cognitives importantes  sans avoir à faire appel  à des connaissances scolaires  pour pouvoir les exploiter et les  mettre en œuvre : exemple : un braconnier développe des capacités cognitives  (analyser une situation ,mettre en œuvre des procédures déductives , s’adapter et  choisir un parcours  pour parvenir à un objectif donné , ce  travail hypothético déductif est du  niveau , au moins équivalent à celui d’un individu qui peut  étudier un polynôme du second degré ..)

A capacité équivalente , deux individus ne possèdent pas les mêmes compétences.

Les compétences se mesurent et prennent appuies sont des connaissances acquises.

Ce  nouveau processus de formation est  destiné à favoriser le développement et la remédiation cognitive .

Il n’exclut  aucun individu , chacun peut  à partir d’un niveau présupposé acquis (non mesuré)  à accès à des activités de formation .

Les travaux proposés à chaque étape cours  mettent  l’individu en situation d’évaluation qui  vont  aider le formateur  à   diagnostiqué   si l’échec constaté est du à un problème de capacités (« développement neurologique » qui est différent d’un individu à l’autre et difficilement  mesurable )  ou si l’échec est  un problème de lacunes ou absences ou  manque de compétences( à mesurer) . Ce sont les activités de remédiation (mise à niveau par retour sur le niveau immédiatement inférieur ) qui vont aider à comprendre et agir pour replacer celui qui se forme au niveau de formation qui vont le relancer et le repositionné en situation de réussite) 

 

 C)  REMEDIATION - MEDIATION : Définitions et champs d’applications. 

 

LES ACTIVITES  de   :

*REMEDIATION :

 

Les activités de remédiation  seront utilisées pour   tenter de rendre performantes  des capacités cognitives reconnues et non ou mal  utilisées  chez l’individu , pour cela on s’appuiera  sur des remises à niveau  . La remise à niveau portera impérativement sur l’acquisition de compétences « non acquises » et « pré requises » qui ont fait défaut   tédes connaissances à acquérir en culture scolaire  C’est d’abord  une activité qui va permettre de mettre en œuvre et  optimisée la capacité recherchée ( par exemple : travail sur  les méthodologies à utiliser pour apprendre à apprendre ) ; Une remédiation  est proposée  dans le cadre d’une mise à niveau obligée et obligatoire , c’est  un cours de niveau inférieur et un travail obligatoire d’ auto formation , l’accompagnement dans ce nouvel apprentissage est obligatoire , c’est au cours de cet apprentissage  que l’on pourra  diagnostiquer ce qui pose problème dans l’acquisition du niveau (difficulté à apprendre  , difficulté à retenir , à comprendre , à lire , à gérer et s’organiser , niveau encore trop élevé …..) Cette activité doit se conclure   par un devoir « personnel »  écrit . Il sera  corrigé , noté ;les erreurs si elles existent seront analysées et un devoir sera  renégocié jusqu’ à ce qu’il soit validé. ( dans le cas d’un suivi en progression , ces notes acquises devraient être  ajouter  à la moyenne de l’élève pour le trimestre)  .     

 

*MEDIATION. Ce nom   est donné à un devoir de rattrapage   à passer impérativement  . Ce devoir porte   sur   une  leçon inscrite normalement au programme du cycle .

 Ce devoir  de  rattrapage, c’est un devoir écrit  qui est proposé après le passage et la correction d’ un premier  devoir  comprenant un « contrôle » non validé  et une « évaluation » non réussit.

 

* la remédiation et la médiation  ne remplace pas l’une  l’autre , on ne peut se dispenser ni de l ‘une ni de l’autre.

 

A)  REMEDIATION :

Définition : la remédiation est une activité  de mise à niveau qui est conclut par une épreuve écrite (devoir).  Travail supplémentaire dont les résultats notés sont intégrés à celles déjà obtenues .

Ce devoir va   permettre de vérifier que les « savoirs pré requis » et les « savoirs - faire » relatifs au niveau du pré requis  sont maîtrisés.

 

Ces pré requis portent toujours sur des savoirs déclaratifs et des savoir faire à maîtriser.

 

« pré requis »   et « Mise à niveau » ou  « pré requis »   et  « remédiation» 

 

Chaque début de cours doit être précédé d’un rappel.( ce rappel s’adresse à la classe) 

Simple « Remise à niveau »  ou  « Mise à niveau » avec « remédiation » ?

 

Avant que le nouveau cours ne soit donné : Si le rappel n’est pas suffisant parce qu’il  met en évidence des lacunes ou des insuffisances ou des manques  une remise à niveau est proposée .(sans être validé par un devoir ) .

 

Le cours a été « étudié » un devoir « formatif » a été donné et passé, après correction et au vu des résultats on constate que des lacunes ne sont pas comblées , alors l’étude entreprise est « suspendue ». Un travail complémentaire  est imposé , cette mise à niveau est appelée « remédiation » sur les pré requis (ces pré requis sont proposés en tête de chaque  leçon) . Le devoir portant sur les savoirs et les savoirs faire est  obligatoire. (Cette remise à niveau est validée lorsque le devoir est réussit à plus de 80%)

 

 »warmaths »   propose en haut de la première page  de chaque dossier cours , la liste des pré requis devant faire l’objet de remédiation. (ces « cours pré requis » sont accessibles immédiatement par interactivité)

 

(Cette liste  est communiquée, avec le cours ,  à celui qui se forme et les cours concernant ces pré requis sont consultables en simple lecture).

 

Pour chacun de ces  cours, après lecture, il est nécessaire de faire  les devoirs le concernant. ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer ce devoir))

 

Si les devoirs qui sont liés aux cours « pré requis » ne sont pas « sus et maîtrisés » , une phase de mise à niveau doit se mettre en place ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer ce devoir))

Cette activité de mise à niveau, pour qu’elle soit réelle et effective doit est conclue par un devoir de remédiation.

Ce devoir, comme tous les devoirs doivent être corrigés sérieusement. Le niveau devant être  entièrement atteint. Si ce n’était pas le cas, un rattrapage est imposé , avec  les mêmes contenus et les mêmes exigences.  .

 

 

B) MEDIATION : (est une activité de « rattrapage » d’un devoir qui n’a pas été entièrement validé , dans la partie « capitalisation des savoirs)

 

Lorsqu’un  nouveau cours  , du programme de formation , est abordé , une information cours est remis ( oralement , ou sur papier ) , quand des activités permettant de  travailler ce cours en compréhension ont été menées ; un devoir est programmé dans le temps.(pour laisser du temps pour apprendre , retenir et mûrir)  Lorsque ce devoir est passé, une correction est pratiquée , le devoir est rendu . A ce stade ,le professeur entre dans une phase de  travail individualisée : l’élève doit analyser ,avec l’aide du  professeur,  les erreurs commises (sur  ce qu’il aurait fallu savoir ; ce qu’il aurait fallu savoir faire ) . Ces erreurs  vont être identifiées , pour certaines « erreurs »   un travail complémentaire (devoir  apprendre ce qui n’est pas su  , devoir refaire des exercices ou problèmes )  va devoir être « entrepris » pour « rattraper le niveau ». Ce travail de « fond » est très important, il va être valorisant pour l’élève et  il doit être valorisé , il faudra proposer un devoir de rattrapage sur forme d’une MEDIATION après négociation avec l’élève. ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer ce devoir))

 (Propos sur la négociation avec l’élève  : si  le devoir  est intégralement réussit , la note (20 / 20 ) j’ajoutera aux autres ; dans le cas contraire la note obtenue n’est pas inscrite , le devoir fait à nouveau l’objet d ‘un autre rattrapage  ) . ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer cet autre  devoir)).

 

Cette  « Médiation » sera de nouveau corrigée , notée et « re - complétée » , « re - notée » jusqu’à ce que son contenu satisfait aux exigences du référentiel. Ce long et important travail   « méritera la note maximale ». Cette note s’ajoutera aux précédentes !!!!

 

Nota : les activités de mise à niveau et « Remédiation » et les activités de « rattrapage en médiation » ont lieu bien entendu  ne sont pas prises sur les horaires du programme de formation « initiale ».

 

Ces activités « d ‘aide individualisée » si elles ne sont pas inscrites à l’emploi du « temps élève » , peuvent avoir lieu pendant le midi ou après les heures de cours . L’aide individualisée est ponctuelle , répétitive parfois , mais de faible durée dans le temps , l’élève peut venir 5 , 10 ou 20 minutes , rarement plus , ces aides peuvent se limité au passage d’une épreuve « écrites » corrigée  juste après . 

Si ce travail est « validé » c’est «  20 » , si le travail n’est pas validé , parce que trop d’erreur , on renvoie l’élève pour un travail d’approfondissement et on lui propose une date   pour « repasser » ce travail en vu d’une validation.

 

En conclusion : une personne en formation (quelque soit son âge) qui  veut progresser, peut progresser avec ce logiciel . Cette progression ne peut être  constatée , qu’ avec des devoirs notés .  Le niveau n’est pas encore atteint ?  Seules  les erreurs sont formatives, dans le cadre d’une formation, c’est un devoir  pour le formateur  de proposer des activités qui vont permettre de progresser. Les remédiations  et des  médiations , sont indispensables elles ont pour seul but de mesurer l’élévation du niveau de celui qui se forme.

 Ces travaux seront acceptés  par celui qui se forme. Parce qu’ils sont  travaillés, préparés et passés, Une  personne mise en situation de réussite,pourra faire ce qu’il faut pour réussir et  décidera de se former et  fera  tout pour réussir.

 

Notre but (enseignant et formateur) est d’aider  un individu  à progresser , sans complaisance,avec beaucoup d’exigences et de rigueur. On s’obligera à penser  ,et avec certitude , que celui qui se forme (et que l’on nous a confié  ) est capable dans un premier temps de progresser  ( en formation continue ) et dans un deuxième temps de « réussir »( obtenir le diplôme et progresser plus haut).

 

 

 

 

 

REMEDIATION - MEDIATION : Définitions et champs d’applications. 

 

LES ACTIVITES  de   :

*REMEDIATION (mot à employer dans le cadre d’une mise à niveau,c’est  devoir écrit et noté ; cette  note est  ajoutée à la moyenne de l’élève pour le trimestre)  et      

 

*MEDIATION. ( mot à employer dans le cadre d’un rattrapage, c’est un devoir écrit  qui est proposé après le passage et la correction d’ un premier  devoir « contrôle » et « évaluation » non réussit , ce premier devoir ayant été donné  à la suite  d’une leçon inscrite normalement au programme de l’année )

 

* l’une ne remplace pas l’autre , on ne peut se dispenser ni de l ‘une ni de l’autre ,  elles sont complémentaires.

A)  REMEDIATION :

Définition : la remédiation est une activité écrite qui va   permettre à l’individu de montrer qu’il est au niveau des exigences pré requises pour continuer un cours de niveau supérieur.

Ces pré requis portent toujours sur des savoirs déclaratifs et des savoir faire à maîtriser.

 

« Mise à niveau » et  « pré requis »  et  « remédiation» 

 

Avant de débuter un cours une mise à niveau s ‘impose .

 

le logiciel FORMATH  propose en tête de chaque dossier cours , et pour chaque chapitre de leçon ,  la liste des pré requis devant faire l’objet de remédiation. (ces « cours pré requis » sont accessibles immédiatement par interactivité)

 

(Cette liste  est communiquée, avec le cours ,  à celui qui se forme et les cours concernant ces pré requis sont consultables en simple lecture).

 

Pour chacun de ces  cours, après lecture, il est nécessaire de faire  les devoirs le concernant. ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer ce devoir))

 

Si les devoirs qui sont liés aux cours « pré requis » ne sont pas « sus et maîtrisés » , une phase de mise à niveau doit se mettre en place ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer ce devoir))

Cette activité de mise à niveau, pour qu’elle soit réelle et effective doit est conclue par un devoir de remédiation.

Ce devoir, comme tous les devoirs doivent être corrigés sérieusement. Le niveau devant être  entièrement atteint. Si ce n’était pas le cas, un rattrapage est imposé , avec  les mêmes contenus et les mêmes exigences.  .

 

 

B) MEDIATION : (est une activité de « rattrapage » d’un devoir qui n’a pas été entièrement validé , dans la partie « capitalisation des savoirs)

 

Lorsqu’un  nouveau cours  , du programme de formation , est abordé , une information cours est remis ( oralement , ou sur papier ) , quand des activités permettant de  travailler ce cours en compréhension ont été menées ; un devoir est programmé dans le temps.(pour laisser du temps pour apprendre , retenir et mûrir)  Lorsque ce devoir est passé, une correction est pratiquée , le devoir est rendu . A ce stade ,le professeur entre dans une phase de  travail individualisée : l’élève doit analyser ,avec l’aide du  professeur,  les erreurs commises (sur  ce qu’il aurait fallu savoir ; ce qu’il aurait fallu savoir faire ) . Ces erreurs  vont être identifiées , pour certaines « erreurs »   un travail complémentaire (devoir  apprendre ce qui n’est pas su  , devoir refaire des exercices ou problèmes )  va devoir être « entrepris » pour « rattraper le niveau ». Ce travail de « fond » est très important, il va être valorisant pour l’élève et  il doit être valorisé , il faudra proposer un devoir de rattrapage sur forme d’une MEDIATION après négociation avec l’élève. ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer ce devoir))

 (Propos sur la négociation avec l’élève  : si  le devoir  est intégralement réussit , la note (20 / 20 ) j’ajoutera aux autres ; dans le cas contraire la note obtenue n’est pas inscrite , le devoir fait à nouveau l’objet d ‘un autre rattrapage  ) . ( lieu et date à définir , avec celui qui doit passer cet autre  devoir)).

 

Cette  « Médiation » sera de nouveau corrigée , notée et « re - complétée » , « re - notée » jusqu’à ce que son contenu satisfait aux exigences du référentiel. Ce long et important travail   « méritera la note maximale ». Cette note s’ajoutera aux précédentes !!!!

 

Nota : les activités de mise à niveau et « Remédiation » et les activités de « rattrapage en médiation » ont lieu bien entendu  ne sont pas prises sur les horaires du programme de formation « initiale ».

 

Ces activités « d ‘aide individualisée » si elles ne sont pas inscrites à l’emploi du « temps élève » , peuvent avoir lieu pendant le midi ou après les heures de cours . L’aide individualisée est ponctuelle , répétitive parfois , mais de faible durée dans le temps , l’élève peut venir 5 , 10 ou 20 minutes , rarement plus , ces aides peuvent se limité au passage d’une épreuve « écrites » corrigée  juste après . 

Si ce travail est « validé » c’est «  20 » , si le travail n’est pas validé , parce que trop d’erreur , on renvoie l’élève pour un travail d’approfondissement et on lui propose une date   pour « repasser » ce travail en vu d’une validation.

 

En conclusion : une personne en formation (quelque soit son âge) veut progresser, peut progresser, cette progression ne peut être  constatée , qu’ avec des devoirs notés.  Le niveau n’est pas encore atteint ?  Seules  les erreurs sont formatives, dans le cadre d’une formation, c’est un devoir pour le formateur  de proposer des activités qui vont permettre de progresser. Les remédiations  et des  médiations , sont indispensables elles ont pour seul but de mesurer l’élévation du niveau de celui qui se forme.

 Ces travaux seront travaillés , acceptés et passés, parce qu’une personne mise en situation de réussite ,  décidera de se former et  fera  tout pour réussir.

 

Notre but (enseignant et formateur) est de l’aider à progresser , sans complaisance,avec beaucoup d’exigences et de rigueur,et en pensant ,avec la certitude , que celui qui se forme (et que l’on nous a confié  ) est capable dans un premier temps de progresser  ( en formation continue ) et dans un deuxième temps de « réussir »( obtenir le diplôme et progresser plus haut).