Conditions à remplir pour suivre une formation et réussir aux épreuves certificatives.

 

 

 

Retour sur « warmaths »

 

 

L’APPRENTISSAGEABILITE :

Qu’est ce qu’…….. ?

 

Définition : l’apprentissagabilité regroupe toutes les activités à mettre en œuvre pour « s’approprier » une nouvelle information et  toutes  les activités qui faut mettre en œuvre pour l’intégrer dans un processus de capitalisation des savoir et savoir faire.

Au lycée , développer l’activité «  d’apprentissage »

-          savoir organiser un classeur.

-          Savoir classer des documents.

-          Savoir identifier et  gérer les différentes étapes qui vont permettre « d ‘apprendre ».

-          Savoir identifier et nommer des espaces « géographiques » pour s’informer , s’auto- évaluer , et se faire valider en permanence pendant une activité d’apprentissage ».

-          Savoir  identifier et  gérer  des « espace temps » : qui distingue  et limite dans le temps  les phases de préhension , de compréhension, assimilation, de validation , de médiation, de certification.  ( temps modulable et négociable en durée )

 

-           . celui qui se forme , de prendre , comprendre et apprendre une information .

-          « APPRENDRE » .  le geste « d’apprendre » est  toujours accompagné d’une phase d’imprégnation du cerveau. (Cette activité est différente d’un individu à l’autre , elle  dépend du développement cognitif de l’individu et des informations déjà « capitalisées ») .

 Remarque : Le geste « cognitif » « d’apprendre » est un geste « d’intentionnalité ». Il est évident qu’il est impossible de faire « apprendre » à quelqu’un qui ne veut pas « savoir ». Le geste d’intentionnalité ne garantit pas la réussite. Il est toutefois un facteur déterminent. S’il y a « constat d’échec » , le formateur doit en déterminer les causes  , puisque  la réussite dépend « alors » de celui qui a en charge celui qui se forme. 

 

Pendant  « l’ APPRENDRE » et  au cours de cette phase , il s’opère un feed back  continu  qui va,  par un jeu  de  « question -réponse » , permettre à celui qui se forme , de disposer « en conscience » de ces données « voulues apprises ».  

C’est pendant cette phase de « question - réponse » que l’on va découvrir si les pré requis qui servent de «point d’appui pour progresser  » sont acquises.( mise en évidence de lacunes , qu’il faudra combler ) .

 Ces questions réponses vont  permettre d’aider celui qui se forme et les réponses vont lui permettre de mettre en lien des nouvelles  informations  «  à posséder » avec d’autres informations  « déjà possédées ».

A chaque question doit correspondre une réponse et vis versa  ( et de  chaque réponse  se déduit une question ( est ce la même ?))  Ces propositions de réponses  construites à partir de ces « questions - réponses »  vont assurer de la « cohérence » et garantir  la logique de construction des savoirs chez l’individu . « diachronique »   en vue d’une restitution sont réellement acquis.)

 

-          Reste « à mûrir » ces nouvelles informations, et les connecter avec d’autres domaines.

 On parlera alors de « Transférabilité » des « savoirs acquis » , « nouvellement capitalisés », ils  deviennent des outils qui seront  disponibles pour être exploités dans des  domaines différents.  

 

 

 

 

 

Il n’y a pas de formation « effective » s’il n’y a pas de « choses apprises »

 

Une formation est effective si celui qui se forme mémorise et capitalise des savoirs déclaratifs et si il est capable de mettre en oeuvre ces savoirs.. (appelés : savoir  faire).

 

CELUI QUI SE FORME :

- Il doit avoir le programme des cours.

- On doit lui communiquer pour chaque cours la liste de toutes les questions auxquelles il doit savoir répondre et la liste des  exercices et problèmes types  correspondant aux exigences du référentiel qui certifiera son niveau.

- Son contrat :

Tout faire pour atteindre le niveau.

Indépendamment du temps mis pour se former dans un « apprentissage -cours » : les travaux écrits sont obligatoires.

 

Le minimum de travail exigé est de préparer les deux devoirs » par objectif - cours.

 

Ces écrits sont passés, en salle, en présence du correcteur,  sans limite de temps.

Ils sont corrigés. Après correction,si le niveau n’est pas atteint,  les apprentissages dans le ou les chapitres concernés reprennent . Un entretient  entre le formateur et celui qui se forme doit permettre de trouver une solution pour que la progression continue, pour que le travail d’ apprentissage reprenne en tenant compte du niveau déjà « atteint ».    

 

Deux solutions sont à proposer :

1°) redonner du temps pour « apprendre ».

2°) proposer une remédiation : redescendre de niveau et reprendre  la formation à partir des  « pré requis ».

 

 La réussite scolaire est à cette condition. Elle n’est pas dépendante du temps ou d’un échéancier.

 

Règle : Aucun cours de niveau supérieur n’est donné si le niveau du cours précédent n’est pas acquis.

 

 

NIVEAU à ATTEINDRE DANS LA FORMATION :

 

Pour chaque cours ou objectif cours : le niveau est atteint si les réponses aux travaux écrits sont conforment aux corrigés fournis.

 

Après correction, et entretien avec celui qu se forme, tous les devoirs « contrôle » sont renégociables.

 

A chaque cours il y a des « savoirs » à apprendre , à comprendre et retenir .

Dans une formation :

Il est impératif que le formateur vérifie  que ces savoirs sont  « capitalisés », soit oralement soit par écrit.

Si ces savoirs « déclaratifs »  ne sont  capitalisés , c’est au formateur de diagnostiquer la ou les raisons qui n’ont pas permis de réussir ce devoir.

Ces raisons peuvent être :

 -d’ordre temporel : « pas le temps d’apprendre ». Solution : il faudra reprogrammer une date et redonner ce devoir.

 -d’ordre cognitif : «je ne retiens pas parce que  je n’ai pas compris ». Solution : il faut redescendre de niveau et reprendre la formation qui est  proposée en « pré requis ».

 

 

En  formation individualisée, le formateur accompagne celui qui se forme.

Pour connaître le niveau atteint dans les « apprentissage »   dans un objectif -cours,  le formateur  doit faire  passer  les  deux devoirs écrits. La date de passage de ces épreuves est négociable avec chaque individu.

 

Si le premier devoir permet de vérifier que  les « savoirs »  sont effectivement appris, le second devoir permet de mesurer le niveau de mise en œuvre de ces savoirs.

En apprentissage , le savoir prime sur les savoirs faire.

« Savoir » c’est prendre, comprendre et  apprendre.

«le  savoir faire » : Le savoir-faire fait appelle a un ou des savoirs déclaratifs (procéduraux ou non). 

 

 

INFORMATIONS.

Feuille « suivi groupe »    exemple : feuille élève niveau V

Programme « suivi»

Homogénéisation du groupe , Mise à niveau sur les  pré requis de base.

 

 

Accès à la première page du :  CD élève :    ou CD ???

 

 

 

Définitions des PRODUCTIONS ECRITES

Info sur « l'évaluation » et le « contrôle»