·       Avant les années 60 : les classes étaient constituées d’élèves de niveau homogène….

·       Préalable : 2012 les classes sont actuellement constituées de la sorte ; pour 100 % :

30 % d’élèves sort avec le niveau en fin d’année.

Il n’auront pas de difficulté à suivre dans un niveau supérieur…

40 % sortent  avec 50% du niveau à atteindre   !! et vont se retrouver en échec dans un niveau supérieur…

30 %  sont en échec , donc « incapables » de suivre dans un niveau supérieur ..

·       UN professeur doit tendre vers l’homogénéisation des  savoirs et savoir faire à faire acquérir à chaque élève..

 

SITE : W.W.W.  WARMATHS . fr.     L’ HETEROGENEITE .

 

Facteur de réussite ?    porteur d’espoir ?

 

Lorsque l’on veut parler d’hétérogénéité  des élèves on devra faire la distinction entre les élèves de primaire et de collège  et les élèves qui entrent au lycée  , qui ont dépassé le stade de l’adolescence ou qui  sortent de la pré adolescence .

 

I ) L’ hétérogénéité  en primaire et au collège :

 

Pour enseigner dans ces classes  le maître doit faire face a deux formes d’ hétérogénéité :

 

a) Une hétérogénéité spécifique au développement de l’élève : On sait que  le stade de développement cognitif  est différent  d’un élève à l’autre cela pour les élèves d’une même classe d’âge .

 

b) Une hétérogénéité  du  à  l’accumulation des lacunes , à un déficit de connaissances , qui fait que plus on avance dans le programme  d’une matière (cela étant vrai pour chaque matière) plus l’élève  accumule des retards dans la matière concernée. (il est possible qu’un élève en échec dans une matière , peut réussir dans d’autre matière , ( Tout dépend du rythme imposé par le professeur qui enseigne cette matière et des outils de contrôle et d’évaluation qu’il utilise  et  tout dépend  aussi de ce qu’il fait des résultats obtenus par l’élève. ( se satisfait-il d’un constat ou débute- t-il  des activités personnalisées d’apprentissage pour aider l’élève à atteindre le niveau qu’il fallait atteindre ? ) .

 

Dans les classes de primaire et collège  les élèves sont généralement regroupés en classe d’ âge  , l’ hétérogénéité porte d’abord  sur le niveau de développement cognitif .

 

L’ élève ne peut pas réussir  parce qu’il n’ a pas encore atteint le niveau de développement cognitif  qui lui permettrait de réussir.

 

Pour beaucoup d’élèves en difficultés le niveau de compétences demandé dans un devoir est supérieur au niveau aux compétences cognitives disponibles.

 

 Il y aurait un remède : Il faudrait attendre que l’élève  « en échec »  ait atteint ce niveau de développement  exigé pour réussir dans la progression scolaire.  

 

Un échec programmé :

Ne pas tenir compte du développement cognitif  c’ est condamner doublement  l’ élève  à l’ échec :

 

a) Il ne comprend pas  certaines démarches intellectuelles et il ne peut pas retenir et apprendre parce qu’il n’a pas compris.

 

 b)  Il n’a pas « capitalisé »   les savoirs « exigés » qu’il doit  utilisé dans la leçon suivante , il ne peut pas mettre en œuvre des compétences qui font appel à ces savoirs dit « déclaratifs » .  Il est donc condamné à ne pas réussir dans la suite d’une progression logique, parce qu’il ne possède pas les « pré requis scolaires  » exigés pour progresser dans la classe  de niveau supérieur ou pour entrer dans  une formation de degré supérieur.

 

Il  faut savoir que ce type d’élève n’est pas irrémédiablement condamné à l’échec :

      

  Chaque individu évolue   en permanence . Pour un élève, il arrive que ce qui n’était pas compris hier , le devient soudainement aujourd’hui . On dit qu’il a « mûri », cela ne signifie pas qu’il a acquis des connaissances , il doit faire acte de se former. 

Il faut alors reprendre cette formation. Le maître doit  faire apprendre , faire réciter, donner des exercices en lien avec les savoirs acquis pour vérifier que le niveau est réellement atteint. 

 

II ) L’ hétérogénéité  à la sortie de la troisième , : l’hétérogénéité constatée chez des élèves regroupés dans  une classe est une hétérogénéité de niveau non -  atteint qui est du principalement aux lacunes « accumulées » , en primaire ou au collège.

 

A partir de cette période , le cerveau a atteint un niveau de maturation tel que les fonctions cérébrales  nécessaires pour « réussir » en milieu scolaire sont acquises et disponibles . L’élève ( et l’adulte )  dispose des capacités mentales pour  réussir scolairement .

 

Pour remettre une personne en situation de pouvoir réussir , il faut proposer obligatoirement  une formation individualisée et mettre  en place  un suivi individualisé qui vont  permettre de l’accompagner pendant toute la durée  de sa formation et ainsi pouvoir intervenir  à tout moment  , pour qu’ en cas d’erreur  elle puisse combler un retard qui  est  du principalement aux lacunes « accumulées »  .

         

WARMATHS  niveau V :  « warmaths » est conçu pour reprendre « chaque individu », le faire progresser dans le niveau V ( CAP /BEP)  et  le remettre « au niveau » au fur et à mesure des erreurs constatées ,

 

 

 

Dans ce qui suit , on désignera un individu en formation un  « apprenant »         

I

        

 

Quelques explications  sur les raisons qui conduisent un élève en situation d’échec scolaire et dont le système scolaire « seul » est responsable  .

 

On doit  distinguer 2 types  d ‘apprenant :

I ) L’échec est prédictif : 

 

 Ce sont les  jeunes élèves (Les apprenants ) qui n’ont pas encore atteint le stade de développement mental  pour réussir intégralement  le devoir donné . Ce problème lié à la maturité du cerveau est détectable chez les élèves qui n’ont pas atteint la maturité qu’ils sont  pré supposé avoir acquis au moment où le professeur donne un devoir programmé dans le cadre de l’évolution moyenne d’une classe.

 

II) La réussite devient  une  certitude : 

 

Cela concerne les apprenants qui ont atteint  l’ adolescence.

Ce sont  la majorité des  élèves qui quittent le collège  et tous les adultes . Ils  sont pré supposés  être parvenus  à atteindre le niveau de  développement  cérébral indispensable pour reprendre une formation scolaire et  réussir , à condition de reprendre les bases , de  les faire acquérir , il faudra dans un même temps faire acquérir  des méthodes individualisables pour apprendre à apprendre. 

 

 

POURQUOI  L’échec est – il     programmé :

 

 

I  cas des « apprenants » n’ayant pas atteint le stade de l’adolescence ( les élèves de l’école et du collège).

 

La plupart du temps , quand un maître donne un devoir , il évalue des compétences ( savoirs faire )  qui nécessitent  des capacités mentales ( dites aussi cognitives)  que voit posséder  l’élève , mais le travail demandé  prennent appuient  des savoirs déclaratifs que l’élève doit posséder pour comprendre et  résoudre les exercices ou les situations problèmes.

 

Si le professeur va trop vite ,si  l’élève qui n’a pas les capacités mentales exigibles , s’il n’a pas su capitaliser  les savoirs déclaratifs ( objet ou procéduraux)   pour réussir le devoir cet élève  est condamné à l’échec.

 

 

Ainsi on peut montrer par un  schéma  (ci-dessous)   la   situation type qui condamne un  élève à l’échec  . 

 

1°) Parce  que l’élève ne possède  pas encore les capacités cognitives pour atteindre le niveau exigé  dans le devoir  qui lui est  demandé  de « réussir ».

 

Question que pourrait se poser le maître  : a- t- il appris ce qu’il aurait dû savoir ?

Lui ,  le maître a – t- il contrôlé si l’élève avait appris  , bien appris et bien compris ?.......... (  mon commentaire : je sais que  ,  ce travail réservé au professeur , de contrôle n’est pratiquement jamais fait , et pourtant c’est grâce à ce type de devoir que l’on peut détecter des problèmes de compréhension et des problèmes pour apprendre , et apprendre à apprendre  )  

 

Pour réussir  scolairement il faut que le niveau  à atteindre dans un devoir  soit compatible avec le niveau de capacité cognitif  disponible chez  l’élève ou le collégien.

Schéma  1:

100%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capacités « disponibles » chez l’apprenant.

70%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capacités « exigés » pour obtenir le niveau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« déficit de capacités » entraînant l’échec scolaire. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On  rencontre cette   situation  jusqu’à la  fin de l’adolescence.

Lorsque l’on ne tient pas compte de ce problème  l’élève est condamné à l’ échec scolaire

0%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Questions destinées à ceux qui ont la charge de « former » un élève ou un adulte    : doit -on positionner l’élève par rapport à la classe ?  Doit-on positionner un élève pas rapport  à un niveau de compétences  à acquérir ?

Que fait-on des résultats  obtenus par l’élève ? Faut- il rester sur  un constat d’échec . Faut –il  continuer le programme  en ne cherchant pas les  raisons  qui  ont conduit et « condamné à l’échec » ?

Solution :

Pour  aider l’élève il faut faire  une analyse des erreurs, interroger celui qui n’ a pas réussi , et lui donner les solutions et les moyens pour compléter la formation de cet élève jusqu’à ce qu’il est en mesure de réussir ?

 

Attention : une leçon non comprise , donc non apprise, va , dans une progression qui s’appuie  sur une capitalisation de ces savoirs  pré requis, condamner l’ élève à l’ échec scolaire. Alors il deviendra difficile  de déterminer si l’échec constaté est lié au développement cognitif ou  aux lacunes   ou déficit de connaissances non capitalisées.

 

 

Ce qu’est une situation de réussite ou une situation d ‘ échec :

 

Avoir des connaissances : c’est posséder (par  capitalisation )  des savoirs déclaratifs   et savoir mettre en œuvre ces savoirs.

 

Réussir c’est en fin de formation avoir acquis de nouvelles  connaissances .

 

 

A la fin de l’étude de chaque leçon il faut  contrôler  si les savoirs sont capitalisés et  évaluer le niveau de mise en œuvre de  ces savoirs . ( on appelle cela : évaluer des savoirs faire ou évaluer des compétences).

 

Le manque de capacités cognitives  va entraîner un déficit de connaissances.   

 

Schéma 3.

Ces connaissances sont de deux ordres : des savoirs à capitaliser   et des savoir faire à réussir  (dans ce chapitre on vise des  compétences qui permettent  de mesurer le niveau de performances sur la  mise en œuvre  des savoirs déclaratifs)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quantité de savoirs à capitaliser et maîtriser.

 

Quantité de savoirs capitalisés  et théoriquement « maîtrisables »  par l’élève.

 

 

Quantité  de savoirs faire non réussis  !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quantité de savoir faire à réussir !

 

Quantité de savoirs faire réussis  par l’élève.

 

 

Quantité  de savoirs non capitalisés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La quantité  de« savoir » non capitalisés , et la quantité de compétences non atteintes risquent  de mettre  l’élève en situation d’ échec scolaire si celui ci doit  passer à un  niveau supérieur où ces connaissances sont exigées en « pré requis » .  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

70%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La capitalisation des savoirs déclaratifs (objets ou procéduraux) permet de développer chez l’apprenant, le raisonnement hypothético - déductif  qui est nécessaire de posséder pour analyser un énoncer , étudier et résoudre des  exercices ou des situations problèmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Schéma 4 :

 

 

 

 

 

 

 

 

Schéma 5 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cas d’un élève ayant  la possibilité de réussir, mais ne réussissant pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Potentialités

 

Performances.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cas d’un élève n’ayant pas la possibilité de réussir .

 

+120%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

100%

 

 

 

 

 

 

 

 

100%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

70%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ex.60%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Potentiel disponible chez l’élève

 

 

Potentiel disponible chez l’élève

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Potentiel nécessaire.

 

 

 

Potentiel nécessaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déficit de potentialité.  « échec prédictif »

 

 

Sur - potentialité., l’élève devrait réussir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Performances à valider.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats obtenus validés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats non  validés : c’est à ce niveau là qu’il faudra mettre en place des stratégies « individualisées » pour mettre l’apprenant en situation de réussite complète .

 

 

Au vue de ces schémas on peut conclure que :

Pour  qu’un élève puisse  ,  avoir de la volonté et des capacités n’est pas suffisant .

Voilà pourquoi « enseigner et transmettre » n’est pas un simple métier Ce n’est pas l’élève qui doit s’adapter à l’information » , c’est l’information qui doit s’adapter à l’élève.

La qualité et l’esthétique de l’information intervient dans la transmission de savoirs que doit impérativement « capitaliser » un individu en formation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liste des principaux paramètres conduisant à l’ échec , et sur lesquels le maître est en mesure d’agir , soit d’en tenir compte (niveau trop haut : il faut redescendre de niveau)  ou en mesure d’agir pour facilité le travail de l’apprenant. (faire acquérir des méthodes…….).

-          le développement cognitif ,

-          les lacunes

-          le manque de méthodologie : pour apprendre à apprendre,(retenir et réciter)

-          le manque d’organisation : mauvaise gestion du temps  de l’espace,

-          le manque  dans l’organisation et la gestion des documents.

-          La qualité des apprentissages.

-          La difficulté à s’exprimer par l’écrit , à rédiger sans faire de fautes  de sens et répondre à une question…… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsqu’un élève ne semble plus progresser  ( ce qui est , nous l’avons vu momentané ) dans une matière , il faut l’aider   à développer ses capacités et ses compétences  « disponibles »   dans d’autres domaines  ou d’autres matières.

IL faut développer les compétences  dans des domaines  où l’on fait appelle à des capacités d’ordre :

 

Kinesthésique :

Sculpture ; peinture ; …….modelage

 

Auditif

Musique ;………

 

Visuel :

Observer , affûter le regard

 

Gustatif

Développer  les goûts

 

 

Olfactif :

Identifier les odeurs , les parfums , ???

 

 

Pratiques  qui condamnent à l’échec .

Le  fait de ne pas posséder les capacités cognitives pour réussir  et de ne pas en tenir compte, conduira l’élève ,à plus ou moins long terme ,en  situation d’échec  scolaire.

 

C’est ce que veut montrer le schéma ci-dessous :

Le maître sait ce que l’élève doit « savoir » et « savoir- faire » ( ce sont les connaissances) pour progresser dans le programme ou  pour passer et réussir en classe « supérieure ».

Pour savoir si chaque élève, à la niveau, il va donner un ou des devoirs.

IL va pouvoir  positionner chaque élève par rapport à la classe , et chaque élève par rapport au niveau qu’il devrait avoir atteint .

 

Commentaire 1 :

IL va pouvoir  positionner chaque élève par rapport à la classe : cela sera bien pour ceux qui ont réussi , cela sera frustrant pour ceux qui n’ont pas réussi et qui seront classé dans les derniers , les « plus mauvais » . Cette exploitation des résultats n’apporte rien pour l’élève qui n’ a pas terminé ses apprentissages.

 

Commentaires 2 : En effet , les élèves qui n’ont pas réussi le devoir , c’est qu’ils n’ont pas intégré ou fini leur apprentissage. Dans ce cas il est de la responsabilité du maître de mettre en œuvre tout ce qu’il faut pour que ces élèves parviennent au niveau des « meilleurs » 

 

Ne rien faire, et laisser continuer l’élève avec un déficit ( ou manque) de connaissances , le professeur , le maître , ou le formateur , condamne cet élève à l’échec.

 

A SAVOIR : Un professeur prend des élèves en « apprentissages » , il doit tout mettre en œuvre pour que ces apprentissages réussissent , cela pour chaque élève dont il a la charge .

 

Dans le cadre des apprentissage , lorsque l’élève passe un devoir , le rôle du professeur ne se borne pas à  « juger l’élève » à partir de la note qu’il mérite  (exemple :  il a 12/20 ) , mais son rôle fondamental c’est de chercher à savoir et comprendre pourquoi l’élève  n’a pas réussi intégralement son  devoir (parce qu’ il lui manque 8 points pour avoir 20)   .

 

C’est à partir de l’analyse des erreurs constatées sur la copie de l’élève  que son travail de professeur, de pédagogue débute.

 

 

 

En apprentissage , dans un devoir il y a une

 

Si l’élève à  7 / 10

Il lui manque 3 points , ces trois points représentent une 

 

 

 

 

Quantité de connaissances à vérifier et à  obtenir

 

 

Quantité de connaissances acquises

 

Quantité de connaissances non - acquises

 

Note :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut considérer que dans un devoir de niveau immédiatement supérieur, cet élève va se retrouver en difficulté.( échec) .Le professeur doit déclencher une formation complémentaire,  indispensable pour combler ces connaissances non acquises et constatées  parce qu’il manque 3 points au devoir. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire :sur l’analyse des  notes obtenues.

Si le devoir formatif  est  conforme  à ce qui doit être demandé à l élève ,  le niveau étant défini  dans les  textes. On peut dire que :

10 /10 : avec cette note l’ élève à le niveau , il est situation d’excellence pour entrer en formation  dans  la leçon de niveau supérieur ou  pour entrer dans la classe de niveau immédiatement supérieur .

 

 S’il a 7 /10 : il y a peut -être un sentiment d’avoir réussi . Il manque 3 points, il faut compléter la formation , parce  ce que ce  déficit de connaissances  sera une  source de problèmes lorsque  l’élève devra franchir un palier supérieur.    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0