Pré requis:

 

Les masses

Les balances

ENVIRONNEMENT du dossier:

Index        

Objectif précédent   

Objectif suivant

Les systèmes d’unités

tableau   

DOSSIER :  Un peu d’ histoire pour mieux comprendre :

- « DEUX poids ; deux mesures » :

-   les mesures anciennes ou mesures Romaines.

-  les poids et mesures d’autrefois ………

-        LES ANCIENNES MESURES FRANCAISES  ( avant 1840 ) :

 

TEST

 

COURS

               

Devoir  Contrôle

Devoir évaluation

Interdisciplinarité

                       

 

Corrigé Contrôle 

Corrigé évaluation 

 

 

I ) « DEUX poids ; deux mesures » :

 

Le bois à brûler se vendait à la corde , le charbon à la banne. On vendait les fruits à cidre à la poinçonnée ; le sel au muid , au setier , à la mine , au minot , au boisseau , à la mesurette  On se procurait le vin à la pinte , à la camuse , à la roquille , au petit  et à la demoiselle. L’ étoffe s’ achetait à l’ aune carrée , les bois et les prés se comptaient en perches carrées. Les apothicaires pesaient en livres , en once , en drachmes , en scrupules.

 

« DEUX poids ; deux mesures »  , c’était le symbole même de l’inégalité .

Répondant aux cahiers de doléances de 1789 , la Révolution décida de tout uniformiser. Elle instaura un système de mesure unique et uniforme.

 

Ci dessous un aperçu des principales unités de mesure existant avant la révolution ( longueurs , poids , monnaies , ….)

Et Quelques mathématiciens qui ont contribué à la création du nouveau système métrique , sans évidemment oublier « CONDORCET » 

 

 

 

Le système métrique  remplace ces anciennes mesures à partir de 1840 !

COURS

 

- II ) les mesures anciennes ou mesures Romaines.

 

1°) Mesures de longueurs :

   Chez les Romains , l’unité de mesure de longueur portait le nom de « pes »  ( pied) ; elle correspond environ à la longueur d’un pied humain  , soit 29 centimètres . Pour l’ arpentage , on utilisait une perche de dix pieds , ou décapieds.              

 

Voici un tableau complet des mesures de longueur romaines . Il n’était pas facile, pour les petits écoliers de l’époque de les connaître parfaitement :

 

 

 

Nom

Comparé au « pied »

Comparé au « cm »

 

Doigt

1/ 16 de pied

1,8 cm

 

Palme

1 / 4 de pied

7,3 cm

 

Pied

Unité

29 cm

 

Coudée

 

44 cm

 

Double pas ( passus)

4 pieds

147 cm

En Course d’ .orientation ( CO.)  , pour calculer la distance  à parcourir  on  compte combien il faut effectuer de double pas : soit  120 cm pour un double pas en courant.

Mille  ou mille passus

1 000 pieds

1 478 , 5  m

 

 

Les arpenteurs romains traçaient les limites d’une propriété à l’aide d’un instrument  appelé «  grome » .

 

2° ) les mesures de poids :

 

Nom

Unité   l ‘ «as »

Comparé au « gramme  »

 

As ou livre

 

0, 329 kg environ.

 

Quadrans

1/4  d’ as

81,86 g

 

Sextants

1 / 6  d’as

54, 57 g

 

Once

1 / 2  d’as

27 , 28 g

 

Demi - once

Moitié

13 , 64  g

 

Scrupule

1 / 24 d’once

1 , 136 g

 

 

3°)  Mesures de capacités :

 

Elles se divisaient en deux groupes : celles qui servaient à mesurer les produits  solides ( grains : blé , avoine ;…..) et celles qui étaient utilisées pour les liquides.

 

a)      mesures de solides :

 

Nom

 

Comparé au « litre   »  ( L)

 

Hémine ( hemina )

 

0 , 274 L

 

Boisseau ( modius)

Unité de base

8, 788 L

 

Setier  ( sextarius )

 

0, 548 L

 

Demi - boisseau

 

4, 394 L

 

 

 

b)      mesures de liquides :

 

Nom

 

Comparé au « litre   »  ( L)

 

Setier  ( sextarius )

1/ 6 de conge

0 , 547 L

 

Conge

Unité

3, 282 L

 

Urne

4 conges

13 , 13 L

 

Amphore

8 conges 

26 , 26  L

 

Tonneau  ( cuellus)

 

527 , 28 L

 

 

 

 

 

 

c)      mesures de surfaces :

 

Chez  ce peuple  d’ agriculteurs , calculer la surface des  terrains qui avaient importance capitale , voici les principales mesures qu’ile employées.  

 

Nom

 

Comparé au « litre   »  ( L)

 

Pied carré 

Unité

0,086 m²

 

Actus quadrotus

 

1 259 , 454 m ²

 

Arpent ( jugerum) : terrain labourable  en un jour par deux bœufs.

25  ares

 

 

Heredium signifiant « champs hérités »

50  ares

 

 

Saltus signifiant « pature »

200  hectares

 

 

 

 

 

 

 

 

III )   les poids et mesures d’autrefois …dans le VERMANDOIS ……

 

 

Avant l’ établissement du Système Métrique , ( décret du 4 messidor , an VII , le 22 juin 1799 , une confusion inextricable régnait en France au point de vu des poids et mesure.

Non seulement il existait d’un bout à l’autre du territoire des dénominations différentes pour les mêmes mesures , mais celle - ci  avaient par le même nom des valeurs très divers pour des pays voisins et même dans le même pays. En outre , leurs division n’ étaient pas décimales.

 

Voici qu ‘elles étaient approximativement ces mesures  pour le « Vermandois »

 

I ° Mesures de longueurs :

 

Nom

 

 

 

Le lieu de poste

3 898  m

2 000  toises

 

La toise de Paris

1 m 94,904

6 pieds

 

La verge

6, 55 m

De 22 pieds

De 11 pouces

L’auve de Paris :

1, 18 845  m

Pour les étoffes

Soit : 3 pieds , 7 pouces , 10 lignes 5/ 6ème 

Le pied de Roy

0, 32 484   m

1 / 16ème  de toise 

12 pouces

Le pied marchand

0, 2 977 m 

11 pouces

 

Le pouce

0  , 27 670

1/ 12ème de pied 

12 lignes

La ligne

0 , 0022 558 m

1/ 12ème de pouce

12 points

La perche commune

6, 496 m

 

 

La perche  ou verge , dite  du Vermandois

6 , 5 510 m

De 22 pieds   à 11 pouces par pieds

 

 

2°) Mesures agraires .

 

Nom

 

 

 

Le muid

Equivallent à 12 jallois

 

 

Le jallois de Ribemont 02

Se composait de  50 verges

Ou 2 essaims

Ou 21 ares et 45 centiares.

La verge  ou le perche carrée du Vermandois

De  42 , 291 560

De 22 pieds  de 11 pouces de côté de 6, 5510 m

 

La faulx  , pour les près

Valait environ  43 ares .

 

 

La  sextulée 

Ou septier  de terre

Etait composé de 80 verges ou perches.

 

 

 

3°) Mesures de capacités 

 

a)      pour les liquides :

 

Nom

 

 

 

Le muid 

2 ,  682 144 hectolitres

36 veltes.

 

Le demi muid 

1 , 341 hectolitre

 

 

La velte  ou sitier 

7 , 4 504  litres

 

 

Le pot ou lot

2 , 1435

3 bouteilles ou 2 demi - pots , 4 pintes ou  16 potées ou

32 demi - potées.

La bouteille

0, 7118  litre

 

 

Le demi - pot

1,72  litre

Deux pintes

 

Le demi -pot  rempli d’eau

A  donné l’ étalon.

 

 

La pinte

0 , 536 litre

Deux chopines

 

La chopine

0, 268 litre

( deux potées)

 

La potée

0 , 134 litre

( deux  demies  potées)

 

La demie potée :

0, 062 litre

 

 

 

b)      pour les grains :  ( blé ; seigle ; …..)

 

Nom

 

 

 

Le muid 

24 litres 5 hectolitres

12 sections  ou jallois de  12 kgs

En moyenne chacun.

Le sac

1 hectolitre 30 litres

3 sitions

 

Le sétier ou jallois 

44 litres

2 mancauds

Il   y avait le jallois de  blé pesant 80 litres  et le jallois  « au mars » servant pour  l’ avoine et l’orge , qui était plus fort que le premier.

Le mancaud

21 , 846  litres 

4  boisseaux

 

Le minot

8,19 litres

 

 

Le boisseau

5 , 550 litres

2 pintes

 

La pinte

2 , 73075  litres

 

 

Le sétier  d’avoine

50 , 550 litres 

Le blé se mesurait  à racle , en se servant  d’un rouleau

L’avoine se mesurait à comble.

 

A Saint Quentin L02)

 

Nom

 

 

 

Le sétier  de blé

45 litres

33 kgs

Ou 8 boisseaux de 16 pintes.

Le sac

Contenait 4 sétiers ou

180 litres

132 kgs

Le   muid

Contenait  8 sétiers

 

 

Le muid de sel  d’impôts 

Comprenait 48 minds ou  litrons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV ) -  LES ANCIENNES MESURES FRANCAISES  ( avant 1840 ) :

 

Il fallait lutter contre la diversité

Longueur :

            L’unité de longueur était la toise ; la toise valait à peu près  2 mètres , exactement 1,99404 m . La toise se divisait en 6 pieds , le pied en 12 pouces , le pouce en 12 lignes , et la ligne en 12 points .

 

            L’ aune ( environ 1,19 m ) servait à mesurer les étoffes .

 

             L’unité itinéraire était « la lieue » de poste qui valait 2 000 toises , environ 4 kilomètres , exactement 3 980, 80 m .

 

 Surface : les mesures de surface étaient la toise carrée , le pied carré , etc.

 

Les principales mesures agraires étaient :

 

La « perche » de Paris   de 18 pieds carrés (36,2264 m2 )

La « perche » des eaux et forêts  de 22 pieds carrés ( 54,1693 m2 )

L’arpent de Paris   de  100 perches de 18 pieds.

L’arpent des eaux et forêts , de 100 perches de 22 pieds .

 

Le journal correspondait à l’arpent de Paris .

 La diversité était extrême :

Les plus utilisées  étaient :

 

L’ arpent d’ ordonnance  ( eau et forêt )

0, 5071 ha

 

Arpent commun

0, 4221 ha

 

Arpent de Paris

0,3419 ha

 

Acre normal

 60 % que l’arpent

 

Perche

1 / 100 de l’arpend.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Volumes .

Les mesures de volume étaient la « toise cube » , le « pied cube » , etc.

Pour le bois , les mesures étaient :

La « voie » , de 56 pieds  cubes (1,91952 m3 ), environ 2 mètres cubes .

La corde , de 2 voies .

La solive , de 3 pieds cubes pour les bois de charpente .

 

Capacité .

Les principales mesures de capacité étaient :

Pour les liquides :

La pinte ( 0 ,931 318 litre )

La chopine (1/2 pinte )

La feuillette ( 1,3449 hl )

Le muid ( 2 feuillettes)

Pour les matières sèches :

Le litron ( 0,813 litre)

Le boisseau ( 16 litrons)

Le setier ( 12 boisseaux)

 

Poids :  

L’unité de poids était la livre qui valait 489,506 grammes.

La livre se divisait en 2 marcs , le mars en 8 onces , l’once en 8 gros , et le gros en 72 grains.

Le quintal , qui valait 100 livres , était la mesure des gros poids .

 

Monnaie :

L’unité monétaire était la livre tournois qui valait 0, 987 650 943 F. Une somme de 81 livres tournois correspondait , en 1920, à 80 f .

La livre se divisait en 20 sols , le sol en 4 liards  et le liard en 3 deniers.

Les principales monnaies étaient :

 

En OR :  le double louis ( 48 livres)  ….

Le louis , le demi – louis

 

En argent : l’écu de 6 livres

L’écu de 3 livres

La pièce de 30 sols

La pièce de 24 sols ; de 16 sols , de 12 sols , de  6 sols .

 

Titre : 

Autrefois le titre des alliages d’or et d’argent s’exprimait , non en millième , mais en carats pour l’or et en deniers pour l’argent . On a conservé , en bijouterie et en orfèvrerie , l’habitude d’estimer en carats et en deniers la valeur des lingots de matières précieuses .

 

L’or pur était dit à 24 carats ; un lingot contenant 23 parties d’or pour 1 de cuivre ou 22 parties d’or pour 2 cuivre , était dit à 23 ou à 22 carats , et ainsi de suite . Le carat était divisé en 32 grains , ce qui permettait d’exprimer les titres intermédiaires .

L’argent pur était dit à 12 deniers . Un lingot contenant 11 parties d’argent pur pour 1 de cuivre , ou 10 parties d’argent pur pour 1 de cuivre , était dit à 11 ou à 10 deniers . Les titres intermédiaires  étaient exprimés en grains ; le denier comptait 24 grains .

 

Remarque :la conversion des mesures anciennes en mesures nouvelles ou vice versa est une opération aisée .

 

             

 

 

CONTROLE:

 

.

 

 

EVALUATION:

 

 

body>