Retour   page1  :               

 

DOSSIER :     sur la PEDAGOGIE de la réussite    :

 

    Ce qui suit s’adresse à tous ceux qui sont chargés d’organiser , de gérer et d’assurer la formation d’un élève dans une classe, ou non , constituée .

 

 

« informer » n’est pas « former »

 

« Informer » est une action qui se résume à de la diffusion d’informations .  (oral,écrit,…..,audio , vidéo…..)

« Former » : c’est la transmission de connaissances ; c’est l’action  de faire « acquérir » des savoirs et des savoirs faire c’ est un acte pédagogique , c’est un art et une science.  Qui ne s’improvise pas…

·       on ne part pas de ce que sait et sait faire le maître ,mais  on part du niveau de l’élève pour l’élever au niveau du maître.

·        

Quelle que soit la matière enseignée. « Former » est un ensemble d’ actions  s’inscrit dans un processus destiné à faire atteindre un niveau de connaissances par capitalisation de savoirs et savoirs faire  qui ne doit rien au hasard.

 

A partir d’un programme :

 

 

Définir  un objectif à atteindre :

a) Ce qu’il faut  savoir et savoir faire  pour valider le niveau

 

b) Identifier les pré requis ( les connaissances sur lesquelles on s’appuie)

Les apprentissages :

a) Donner l’information cours

 

1ère étape.

b) Compléter cette information par un travail personnel destinée à disséquer et analyser et comprendre le cours (travaux auto –formatifs), pour l’obliger à s’interroger.

Lorsque l’élève est parvenu à la limite de ce qu’il peut comprendre et faire .

2ème étape.

c) Complément de formation :

- soit avec un cours magistral prenant appui sur le questionnaire précédant.

-  soit en remettant le corrigé des travaux auto formatifs, pour aider l’élève à aller plus loin dans son travail personnel.

- ou les deux à la fois .

3ème étape.

d) Donner  le devoir formatif à préparer (pour aider l’élève à apprendre et réussir) et le mettre  en situation de pouvoir s’auto évaluer , pour être prés à passer le devoir .( contenant un devoir « contrôle » portant sur des questions de cours à connaître « par cœur » et un devoir « évaluation » portant sur la mise en œuvre de ces savoirs).

(Une stratégie pour obliger l’élève à apprendre son résumé de cours est de  lui donner le corrigé du contrôle , et préciser que pour l’évaluation les exercices restent les mêmes , les chiffres changent , il est donc inutile d’apprendre les résultats numériques des exercices , mais il faut s’imprégner de ce qui est demandé à savoir faire.) 

4ème étape

Devoir en salle , sous surveillance .

5ème étape

Correction. Notation du devoir . On distingue la note de contrôle et la note d’évaluation.

6ème étape

Analyse des performances :

 

 

Et devoir de rattrapage.

 

 

« contrôle » : repasser ce devoir ; la compléter en tout ou partie , on montrera qu’il faut savoir pour savoir faire. ( le repasser autant de fois qu’il faudra , jusqu’à ce qui doit être su et entièrement appris.

(stratégiquement : lorsque le devoir est réussi , on ajoutera « 20 » à la première note de contrôle obtenu.)

 

« évaluation » : montrer que chaque exercice fait appel à des savoirs « déclaratifs » .

 

Fin des apprentissages : le devoir est validé lorsqu’il est réussi , en une ou plusieurs fois.

A ce niveau , et seulement à ce niveau ,  il est possible d’utiliser des logiciels pour faire des « tas » d’exercices pour asseoir les compétences acquisses au cours des apprentissages.

 

C’est une erreur fondamentale de croire que c’est en multipliant le nombre des exercices dans une leçon que l’on va aider l’élève à progresser.

L’erreur la plus rencontrée chez le professeur c’est celle qui consiste à dire  ou «de rappeler » à l’élève ce qu’il aurait dû  savoir, et lui montrer que ce savoir est utilisé pour « réaliser ».

 

 

Former un élève c’est l’aider à se construire. C’est lui faire acquérir des savoirs et des savoirs faire.

Former un élève c’est « individuellement » l’accompagner dans la capitalisation des savoirs et la maîtrise de ces savoirs . La maîtrise de ces savoirs est « lisible » à partir de savoirs faire dont le degré de difficulté est connu  par celui qui doit les réaliser ( l’élève) .

 

Il faut aider l’élève à se structure mentalement , à le mettre en situation de « répéter » ce qui doit être su , c’est aussi le mettre en situation de pouvoir mettre en œuvre ces savoirs , c'est-à-dire qu’il doit à partir de ces savoirs  rendus « disponibles » (soit sur un document , s’ils ne sont pas appris) ou mentalement ( s’ils sont exigés , pour progresser au niveau supérieur )   pour réaliser et réussir des savoirs faire .

 

Dans une progression , en formation , pour chaque objectif de formation « visé » chaque élève, doit être « contrôlé » et « évalué » .

 

L’élève doit mettre en lien tout ce qu’il doit apprendre.   

 

Un professeur , doit être capable d’informer et de former  ,  simultanément.

 

·       « Informer » et « distraire »   ne sont qu’une partie infime de l’activité pédagogique que doit mettre en œuvre un professeur , elles  suffissent  pas  à faire grandir progresser  un individu qui se forme ….et obtenir un certificat ou un diplôme.

·       Un professeur  doit instruire et donner du sens « aux savoirs » qu’il doit transmet.

 

Plus qu’une méthode ;  WARMATHS met à disposition des informations « organisées » et  propose des stratégies à mettre en œuvre  pour former un individu indépendamment des contraires  liés au temps et à l’espace de formation imposés « traditionnellement » dans un cadre  scolaire.

WARMATHS propose  une banque de données interactives gérer par un didacticiel . ce didacticiel permet de rendre disponible à tout moment  la bonne information .L’organisation des informations disponibles  en respecte l’ordre « chrono - logico - mathématiques », pour faire vivre ces stratégies formatives et réaliser des formations individualisées .

 

Pour atteindre un même   objectif  de formation ( voir pour obtenir un diplôme de niveau V , par exemple ) , pour réussir  en fin de compte les mêmes travaux certificatifs qui  une fois « validés »   octroieront  le diplôme , Il est possible de prendre des parcours différents , de gérer sa formation différemment , de passer des devoirs formatifs ,autres , que ceux prévus initialement et en complément pour  rattraper le niveau recherché ,……..

 

 Cette banque de donnée peut être :

 

 Utilisée par une personne qui cherche à se former .

 

  Utilisée par une entreprise de formation ou par un formateur ; elle fournit tous les outils nécessaire à « former » et « suivre »  simultanément , en continu, chaque individu dans sa progression.

C’est à dire : Chaque individu qui apprend  doit faire des activités d’ apprentissages spécifique: avec cette banque de données  il y a la possibilité de faire passer des épreuves écrites en vu de « contrôler » et « d ’ évaluer » celui - ci . Grâce à ces travaux , Il est devient  facile  de détecter des difficultés et  de connaître la nature de ses difficultés. Cela , dans le but d’intervenir  efficacement pour empêcher les abandons et relancer la progression « positivement ».

Pourquoi WARMATHS ?

Cette banque de données permet  à ceux qui le désire   de  vérifier que la qualité de la formation proposée par un organise est réelle.

Le fait que toutes les informations sur celui qui se forme sont disponibles immédiatement et  qu’il est possible de connaître immédiatement  le niveau qu’il a  atteint  rendra  plus crédible l’ organisme qui a la charge de former  et par de là il deviendra possible de mesurer la capacité  de cet organisme  à former .

 

 

    Warmaths fournit  les travaux destinés  à mesurer les performances de celui qui se forme « avant » , « pendant » ou « après » la formation .

Ces « outils »  sont  utilisables :

a)      Pour valider : ce sont des travaux et des  devoirs « formatifs »  destinés  à valider la formation par unités de valeur capitalisables .

b)      Pour certifier : Ce sont aussi des travaux  certificatifs types , ou des simulations d’épreuves (pour préparer aux épreuves diplômantes)  , que devra passer la personne qui s’est formée en vue d’obtenir une certification diplômante.

 

Utiliser « Warmaths » pour mettre en place des « formations individualisées »  c’est être d’accord  avec la méthode et les stratégies qu’il propose , c’est aussi  appliquer et respecter quelques règles dont :

-         Solliciter en permanence l’individu qui se forme. Il faut le « contrôler »  et « l’évaluer » .( sur  le savoir à capitaliser et le savoir faire à mettre en œuvre.(il faut utiliser ,pour cela des fiches de travaux formatifs fournies)

-         «  faire écrire » :Il faut convaincre celui qui se forme qu’il est nécessaire de  laisser une trace « écrite » de  ce que l’on sait ou ce que l’on sait faire. ( en final , ne garder que le bon devoir)

-         Respecter le suivi individualisé , pour différencier et personnaliser une relation (Des fiches de suivi à gestion manuelle sont à utilisées  pour conserver le lien relationnel  « maître - élève ».

-         En formation, ne parlera pas d’échec, mais d’erreur . L’erreur est déterminante pour engager le travail suivant…..; Elle  servira  de « nouveau » point  de départ à la mise en place  d’une activité : ce peut être une stratégie formative (reporter le devoir ) , ce peut être une formation complémentaire ( travail de remise à niveau ) , ce peut être une simple explication pédagogique suivi d’un  rattrapage , sorte de  devoir de médiation. Ces activités doivent  se succéder , jusqu’à la validation du devoir , du niveau recherché.

-         La méthode exclue toute idée « d’échec scolaire », on parlera  de formation  individualisée adaptée ou adaptable en vue d’atteindre le niveau  , on ne se souciera pas des contraintes de « durée » ou d’une date fixée au  calendrier. ( proposer plus d’heures dans la semaine , découper le devoir formatifs en plusieurs petits devoirs , étaler les travaux sur plusieurs jours ,…….) lorsque que chaque partie est réussies , terminer par un devoir de « bilan) qui reprendra toutes les difficultés , qui si il est réussit intégralement certifiera la formation dans le module  .

-         La réussite « scolaire » n’est possible que si  les activités de  formation  s’adapte:

 

a)  A son niveau de savoirs et savoir faire acquis. ( il y a nécessité d’identifier les lacunes , et de reprendre la formation  à partir des manques constatés ou mesurés)

b)  au rythme de l’individu

c) aux potentialités intellectuelles disponibles (« potentialités » qui  augmentent  avec l’age et la réussite constatée)

d) aux difficultés que rencontre celui -ci  dans sa disponibilité et le besoin d’acquérir des méthodes et organisation dans sa propre façon « à apprendre ».  ………………. .

 

L’ entrée en formation s’effectue par le niveau V :  Ce niveau englobe  les  difficultés traités dans les  programmes : 4éme ; troisième , CAP - BEP , Second , entrée en bac prof.)

La banque de données couvre toutes la formation en mathématiques ( arithmétique compris) du début de la primaire à l’entrée en formation niveau IV), ce qui permet de redescendre à tout instant  en formation complémentaire , pour remédier au lacunes ou autres difficultés empêchant de progresser.

Formation spécifique :

 En cas de reprise d’études d’un individu ( entrée libre en formation , sans contrainte calendaire  ) ou en cas de travail en groupe constitué ( formation programmée dans le temps , à durée limitée ) : une période de formation destinée à homogénéiser le niveau du groupe ; à aider à acquérir des méthodes pour apprendre à apprendre .

 

 

 

INDEX ALPHABETIQUE