DE  L’école au lycée .

 

Comment se fait-il que les collèges et les lycées  ne fassent pas tous la même chose?

 

Pourquoi tous ne produisent-ils pas les mêmes collégiens , lycéens , ni les mêmes adultes .

 

 Qu’est-ce qui fait la différence ? Comment s’y retrouver et faire le bon choix ?

 

Aux extrêmes on rencontrera  deux conceptions de l’apprentissage totalement opposées :   l’arrosage et la construction.

 

Toutes  autres  conceptions se situent obligatoirement quelque part, entre ces deux extrêmes.

 

 Nous brossons le portrait de l’ arrosage et de la construction sous forme de caricature, puis nous relevons une foule d’indices qui vous montreront où se situe l’ école de votre enfant.

 

Arrosage ( d’informations)  ou construction (structuration à partir  d’ informations) ?

 

La conception de l’apprentissage la plus répandue, celle que nous avons tous connue.

 

C’ est I l’arrosage. Le professeur déverse sur les élèves le flot de son savoir: il transmet ses connaissances les explique et attend des élèves qu’ils répètent, le plus fidèlement possible, ce qu’il a dit.

Il est curieux de constater que dans ces classes -arrosoirs (tout comme dans les jeux télévisés), celui qui  pose les questions connaît toujours les réponses !  Ici, le programme est roi; la pédagogie est frontale ; l’élève est prié d’assimiler et de comprendre seul, à domicile ce qu’il a « vu » en classe. L’évaluation mesure sans cesse la distance qui sépare l’élève du « sans faute » et juge surtout la vitesse d’apprentissage.

 

L’autre conception considère qu’apprendre c’est construire. C’est l’élève qui agit, qui bâtit son savoir. L’enseignant est là pour proposer aux élèves des situations de vie réelle, des dét~s judicieusement choisis pour lêur permettre de progresser. Placés devant un tel problème, les élèves entrent en recherche s ils se posent des questions, puisent dans leur stock de connaissance, font jouer leur intuition, progressent par essais et erreurs, pour enfin parvenir à une ou des solutions Ensuite, ils s’expriment sur les méthodes suivies, et enfin appliquent ce qu’ils ont appris à de nouvelles situations.

Ici, celui qui apprend est roi, et la pédagogie est active; c’est en classe que l’on comprend avec l’enseignant et les autres élèves; l’évaluation occupe sa juste place; celle d’un pilote plus que celle d’un juge. Parce qu’elle est continue, l’évaluation repère toute difficulté au moment où elle se produit. L’enseignant va alors aborder le problème d’une autre manière, l’examiner sous d’autres angles, montrer à chacun les cent visages de la réalité. Tout nouvel éclairage de l’objet étudié proffte à tous les élèves, même à ceux qui pensaient avoir « compris » auparavant, car le savoir se fait plus profond, plus solide. On ne court pas après le programme, ni derrière les plus rapides. La soudante entre au coeur de l’apprentissage par le souci de tous pour la réussite de chacun

 

Des indices?

 

Comment savoir si l’école de votre enfant l’arrose ou l’invite à construire ses savoirs ? Penn cela, nul besoin de vous déguiser en détective ou d’espionner aux portes : observez votre enfant regardez comment il vit sa vie d’écolier, écoutez ce qu’il raconte. Car tout ce qui fait la vie scolaire de votre enfant dépend directement et étroitement de l’idée que son école se fait de l’apprentissage

 

 

 

L’école arrosoir inondera votre enfant de travaux à domicile, abusera du « par coeur », multipliera les contrôles, comptabilisera les fautes, classera les élèves, sélectionnera les meilleurs et fera redoubler les moins bons. L’arrosage épuisera les enfants en les menant à un train d’enfer, en dépassant le programme, en exigeant d’eux des prestations au-delà de leurs forces. En français, l’orthographe et la grammaire primeront sur l’écriture et la lecture. En mathématique, on pourra s’en tirer en usant de trucs, en appliquant aveuglément les formules. Partout la parole des enfants sera rare, leur expression en sommeil, leur participation aux décisions quasiment nulle. L’arrosage fera de vous, parents, des professeurs particuliers s vous serez rendus responsables des leçons et des devoirs, surtout si les premières ne sont pas sues et les seconds pas faits. Avec angoisse, vous braquerez votre regard sur les points, et vous vous surprendrez même, parfois, à apprécier votre enfant à la lueur de son bulletin...

 

A l’opposé, si votre enfant fréquente une école-construction, il vous « sciera » de temps en temps pour que vous lui donniez votre avis sur sa recherche; il vous inondera de ses propres textes (même avec des fautes !); il vous étonnera par ses questions et son acharnement à chercher des réponses. Il construira ses savoirs dans sa vie réelle et comprendra mieux le monde, c’est-à-dire lui-même, les autres et les choses. Puisque c’est lui qui agit, il pourra et même devra s’exprimer, coWJ/wq~/9/7 prendra sa p>aca clans )e groupa J) aura du p)aisir à venir à )‘éco)e. Vous-mêmes serez considérés comme premiers responsables de l’éducation de votre enfant, et serez invités à le soutenir effectivement dans ses efforts. Vous serez étonnés de voir combien la confiance de son instituteur dans les capacités de votre enfant lui donnera des ailes!

 

Des critères de choix

 

Parmi tous les critères de choix que nous vous présentons, nous mettons l’accent sur le projet éducatif, car il fait office de « chapeau » qui abrite tout le reste: il situe l’école entre l’arrosage et la construction, il entraîne la pratique de pédagogies passives ou actives, il rend frileux ou chaleureux le climat de la classe, il admet l’échec ou croit fermement à la réussite de tous.

 

D’autres critères, plus terre à terre mais parfois impérieux, vont évidemment influencer votre choix s proximité de ‘école, facilité de transports, présence d’une garderie matin et soir, dîner à midi, coût de la fréquentation de l’école, aménagement des locaux, etc.

 

Prenez le temps et soyez attentifs s choisir une école primaire ne peut se faire à la légère, car son influence sur la personnalité de votre enfant est déterminante. En choisissant une école qui réfléchit, en faisant confiance aux enseignants gui cherchent à diminuer l’arrosage au bénéfice de la construction, vous ferez un pas vers une école où votre enfant apprendra à vivre debout

 

Aider votre enfant

 

Choisir une école qui lui convient et qui répond à vos attentes est sans doute la première manière d’aider votre enfant. Mais vous disposez également d’un large éventail d’attitudes et de comportements qui le soutiendront dans son effort scolaire. L’essentiel est de rester dans votre rôle, celui de parents, et dans le domaine familial, à savoir l’affectif.

 

 Ne tentez pas de vous transformer en professeur particulier, ne faites pas de votre maison une salle d’étude, ne transformez pas votre amour en récompense pour de beaux points. Restez dans l’affectif et devenez les meilleurs supporters de votre enfant s ne ménagez ni la confiance, ni les encouragements, ni ‘espoir. Souvenez-vous que c’est dans la lueur de fierté qu’il verra luire dans vos yeux que votre enfant puisera la force de grandir.

                                                                                                                                                      

 

 

La meilleur est celle qui accompagnera l’élève , qui saura le faire progresser à son rythme  , qui l’aidera  a à développer toutes  ses compétences , qui pourra  ( saur) négocier sur des dates , des délais pour atteindre des niveau de performances  pré dénis et sur des savoirs à  capitaliser , à restituer  ( réciter), réaliser des épreuves qui mettent en œuvre ces savoirs afin de donner du sens à cette activité « perroquet », c’est avec les activités interdisciplinaires donner  du sens . ,   ……. ;