Ñ         « Se former » demande du temps et prend du temps.

Ñ          Un dossier « cours » c’est, au minimum,  1 heure de lecture ; le travail en autoformation (recherche et analyse du texte « info- cours » , travail qui s’effectue avec l’aide des travaux qui accompagnent chaque cours) est un travail qui se réparti sur une semaine.

           Si vous avez un problème : « allez » sur le site intranet, le cours que vous étudiez  est interactif !!! il  peut vous aider soit pour revenir en « arrière », faire une mise à niveau  ou vous donner des informations complémentaires.

 

SURTOUT :   IL faut donner  du temps au temps pour apprendre ! c’est la clef de la réussite !

 

: IMPORTANT  :

 

LE DEVOIR FORMATIF : le passage du «  devoir formatif  » est  un moment  important   dans l’activité d’apprentissages à «se former ».Il sert à mesurer l’écart entre les résultats obtenus et les résultats escomptés .

 

On peut alors connaître la somme de connaissances acquises, identifier les erreurs. Il devient alors possible d’orienter les activités d’apprentissages  qui vont permettre de compléter les manques , corriger les erreurs  ou compenser les lacunes , pour ensuite reprendre de nouveau ce devoir formatif , le repasser de nouveau ,  jusqu’à ce que la formation soit validable.

 

Dans le cadre d’une formation , ce devoir  ne doit pas  être présenté et être utilisé comme une sanction « à un travail non fait ».

 

« Se former » : c’est accepter de se faire contrôler et évaluer.

Prendre un cours ; c’est effectuer un ensemble d’activités. Ces activités  sont dites « activités d’apprentissage ». Ces apprentissages sont terminés lorsque l’ intégralité des exigences qui déterminent le niveau sont acquisses.

Pour faire valider ce niveau il faut passer une épreuve.

Certaines personnes obtiendront le niveau en ayant passée qu’une seule épreuve ; d’autres, après le passage du devoir » ,atteindront  un « certain niveau » ,  il faudra reprendre les apprentissages et repasser ce devoir ou un devoir  équivalent  afin de compléter ces apprentissages.

On appelle « apprentissages » les activités (manuelles ou intellectuelles) qui permettent de passer d’un niveau « pré requis » à un  niveau prédéfini ( exigences à atteindre  et critériées par les textes ; référentiel ou programme , définissant clairement ce que l’on devra savoir et savoir faire pour valider le niveau) 

Pendant  « les apprentissages d’un cours » :

 Il doit exister des devoirs qui doivent  permettre de connaître le niveau atteint dans la phase d’apprentissage et d’identifier les « manques » en vu de terminer cet apprentissage.

Dans cette phase :  TOUT devoir (« contrôle » des savoirs à acquérir) et « évaluation des savoirs faire » doit donc faire l’objet d’une ou  des remédiation(s) ;

 

L’efficacité et les compétences et la qualité  d’un formateur se mesurent  à ce stade de la formation « savoir donner le bon devoir d’évaluation et de contrôle », savoir le corriger , savoir utiliser  la correction et l’exploiter pour faire progresser celui qui se forme , jusqu’à ce que celui ci  ait rempli le « contrat » et valider les « apprentissages ».

On doit se poser ces questions :

Pourquoi un devoir, à  quoi va servir la note ? ; Qu’en fait -on ?

 Est ce le point départ d’une continuation d’une progression qui est en train de s’accomplir (dans ce cas on donne une suite « pédagogique »…..) ou est -ce cette note est  un simple constat d’un niveau non atteint, la note sanctionne un échec dit « scolaire ».( A    t - on le droit   d’« entériner » ce constat? )

La correction du devoir doit ouvrir un dialogue entre celui qui se forme et celui qui forme.

 

Ce logiciel fournit des outils pour ne pas rester sur « un constat d’ échec » !

 

Et l’ intervention du formateur- professeur est déterminante : il doit, obligatoirement, pour chaque objectif ponctuel de formation visé,   mesurer le niveau de celui qui se forme.

 

Le logiciel fourni tous ces travaux (corrigé compris)

 

« Informer »  oralement, par écrit ou par cassette, « n’est pas former ».

 

Le logiciel fournit toutes les « informations cours » , et en amont et en aval de l’objectif ou la leçon traitée.

 

Dans notre société et notre système d’organisation « en formation de masse » le principal outil de communication entre « le maître et l’élève »  est l’écrit : le « dialogue » passe par l’écrit ; cet écrit prend , généralement le nom de « devoir ».

 

Le travail du professeur ne se limite pas à donner une information (au tableau , ou sur un document écrit ) , à une date donnée à un temps donné,  prévu dans son emploi du temps.

 

Le logiciel est, lui, consultable pour un information à tout moment du jour ou de la nuit.

 

Le travail du professeur doit  savoir après avoir donné un écrit, identifier, si l’information qu’il doit « faire passer » est réellement acquise et applicable.

 

Sans  devoir il est  impossible de savoir si les apprentissages sont réalisés , et à quel niveau de réussite se situe celui qui se forme .

 

Le logiciel propose à chaque objectif des travaux auto formatifs et d’auto évaluation.

Le devoir reste une activité  important et incontournable ; mais la correction l’est d’autant plus.

 

Le professeur doit être capable d’analyser les raisons de l’échec ou des manques, il doit être capable de dialoguer et d’apporter une réponse ou information  qui va permettre à celui qui se forme  de ne pas rester en situation d’échec ou de blocage, ces informations doivent permettre de faire  progresser jusqu’à ce que le niveau soit atteint. Ce travail est indispensable voir obligatoire  auprès de  chaque individu  prit en charge. autrement.

 

Le professeur ne peut pas être à la fois « formateur » et « certificateur », les travaux que donne l’un  ne doit pas avoir la même fonction que l’autre.

 

Pour un formateur : les travaux servent à faire progresser.

Pour un certificateur les travaux servent à sanctionner un niveau de compétence.

 

Un devoir ne doit pas être donné à partir de présupposés  acquis.

 

Pour chaque objectif  un devoir  sur  les savoirs et savoirs faire  pré requis doit avoir lieu :sinon il faut « redescendre de niveau » et sur la nécessité de capitaliser ces pré requis.

 

Le logiciel propose, instantanément et pour chaque objectif à travailler,  de redescendre sur   « objectifs  pré requis », qui possède , eux aussi , des travaux et outils de contrôle et d’évaluation, pour un devoir éventuel ;ce qui permet de mettre en place  l’aide individualisée , de mettre en place une remédiation ou une mise à niveau.

 

 

« Mise à niveau » signifie que le logiciel , met à la disposition de celui qui le désire , des informations  qui lui serait impossible d’aller chercher seul , par manque de compétence , de temps , de connaissances, ou tout simplement parce ce qu’il n’est pas possible à tout à chacun de posséder et garder tous les livres qui ont étaient « prêtés » pendant la scolarité (livres de primaire, collège , lycée ,…..).

 

 

Un devoir est « rattrapable », ce rattrapage « efface » la « note » du précédent  « devoir ».

Ces travaux de rattrapage ont pour but de vous aider à progresser jusqu’à ce que le cours soit entièrement maîtrisé.

 

Le niveau dans un cours donné est atteint si la totalité des exigences définies par les textes sont atteintes.

 

La qualité de la formation  dépend  des travaux écrits, et de la qualité des corrections (et de ce qu’on fait de cette correction)  de ces devoirs.

 Il en découle de cette correction  des explications  (analyse des erreurs ou fautes)  .

« que fait -on si le devoir est « raté » ? »  il faut corriger et continuer l’apprentissage entrepris dans la leçon entreprise.

La qualité de la formation dépend aussi de la capacité et de la compétence du  formateur qui doit tout faire pour « faire progresser » et « guider » celui qui se forme et qui  se trouverait en difficulté.

 

 

Il ne peut y avoir « formation » sans travaux  d’évaluation.

Ces travaux  portent  sur l’acquisition des connaissances ( savoir et savoir – faire ) .

Ce  logiciel  ( banque de données)  contient les outils d’évaluation ; Ces devoirs et  évaluations sont à faire obligatoirement .

N’oubliez pas qu’ à chaque étape d’un  « objectif- cours » , il faut faire  estimer  et  certifier votre niveau .

=Suivi  de la progression :

Vous devez imprimer le document  « 1 » qui est la liste des « cours »  et  vous en servir pour organiser votre suivi .

( dans les cases prévues à cet effet ; cocher le dossier abordé lu ou emporté , dater , tamponner pour certification.)

Le formateur possède la même liste a votre nom , il  doit  contenir les mêmes informations  .

Organisation : Départ de la formation.

:Cliquez ici   :   Pour savoir comment se présente un cours interactif

Remarque : tous les documents lorsqu’ils sont lus « sur écran » sont en interactivité ; ils sont tous « imprimables » pour diffusion.

I )   Liste du  matériel à posséder  :

       A)  Une calculatrice scientifique « collège ».

       B) Trois classeurs  et pour chacun d’eux un jeu d’intercalaires et prévoir une centaine de pochettes plastique:

N°1 : Math : calcul numérique et algèbre.

N°2   Math : géométrie plane .

N°3   Interdisciplinarité et Sciences 

C)  Un cahier  ou des  feuilles de brouillon

 

D)      Une trousse contenant :

                   Un jeu de stylos : noir ; bleu ; rouge ; vert .

        Un crayon HB , une gomme .

          Une règle graduée.

 

        E )  Des copies pour les devoirs : contrôle  et évaluation

 

        F ) Pour la géométrie :

 Une équerre à 45° et 60°

 Un rapporteur d’angle.

 Un compas .

CONSEILS : Conseils pratiques en direction de celui qui se  forme

@ Conseils pédagogique

 

@ Organisation du travail

 

@ consignes

 

@  Les étapes dans les apprentissages  ! ! !

 

Ñ