Ou :    QUI TROUVERA  à  INTERET à  UTILISER  « à mettre en place des formations individualisées et un suivi personnalisé » ?

 

 info @ +++:

LES BENEFICIAIRES de la méthode (apprentissage individualisé) sont implicites et explicites.

Info rac.

 

 

 

I)  LES BENEFICIAIRES  « implicites » : 

 

Les bénéficiaires implicites sont les  acteurs économiques,  la société, les employeurs et les employés ou l’organisme « financeur ».   L’ Education Nationale .

 

1°) constats :

 

-  les métiers évoluent, se transforment, disparaissent, le salarié  se doit  d’évoluer au risque de ne plus avoir d’emploi.

 

-  De plus en plus de personnes doivent envisager une reconversion, ou une adaptation à un nouveau poste de travail.

 

-  Ces formations ne peuvent avoir lieu que dans le cadre d’un parcours  personnel et individuel .

 

Ces constats montrent bien que la formation en générale et professionnelle en particulier est dépendante du contexte économique  et qu’une mobilité ou une adaptabilité  du salarié est indispensable pour conserver ou avoir un emploi.

 

Le  seul moyen de retrouver un emploi dépend dans un premier temps  du niveau de formation que l’on possède  et des capacités  à pouvoir  et vouloir s’adapter.

 

La formation individualisée,  permet de répondre immédiatement au demande  de formation ,formulée par les employés , l’entreprise, les institutions , en garantissant la faisabilité et la qualité de la formation sans en limité le niveau qui peut être atteint.  

 

LES BENEFICIAIRES : (explicites)

Les bénéficiaires de la mise en place du processus de formation individualisée  et de la pratique du suivi individualisé  sont :

-         L’ élève , ou l’adulte ; tous ceux qui entreprennent une formation et tout ceux qui pour une raison ou une autre sont dans l’incapacité d’intégrer une « classe ». 

-         Les parents.

-         L’institution ou l’organisme de formation.

-         Le professeur  ou formateur .

et indirectement :Les professeurs des autres matières qui ne peuvent  ou ne veulent envisager cette méthodologie, mais qui profiterons des « méthodes de travail » acquises.

 

 

·        Les élèves (ou adultes en formation)

 

 

 

 

En début d’entrée en formation : les premiers « travaux formatifs  » vont servir de support, ils  auront pour fonction d’apprendre  à  apprendre , c’est à dire:

-          auto - évaluer son niveau de culture en mathématique.

-          Corriger, si nécessaire  ses erreurs.

-          Compléter les manques

-          Savoir  rechercher des informations manquantes, et indispensables à la progression.

-          Correspondre par l’écrit  (maîtriser et comprendre)

-          Apprendre à apprendre, et apprendre à  s’auto - évaluer.

-          Apprendre  à  s’organiser dans la gestion du temps et de l’espace. ……

 

 

Suite à ce travail de pré formation :   L’ élève  , après avoir réussi , les épreuves  des premiers objectifs , devient conscient qu’il possède des « potentialités » qu’il peut développer et qu’il peut les utiliser pour obtenir le niveau  « scolaire » qui le défini comme étant « bon élève  et au niveau »

 

*Les mises à niveau systématiques et les rattrapages ( considérés comme étant parties intégrantes de l’apprentissage et comptés comme tels ), sont les garants d’un « bon niveau ».

 

 

·        Les parents :

 

Les « parents » sont informés,  en continu ; des progrès  de leur enfant. (dans tous les cas :  il n’y a ni retard , ni échec …)

 

 

L’institution : (ou  l’organisme de formation)

 

La garantie que  tous les élèves sont en situation de réussite..

 

Cette méthode responsabilise  l’élève dans son processus  et sa prise en charge de  sa formation. Elle rend « acteur » l’élève et  modifie son comportement. La réussite  positive et facilite  les rapports  et les relations  avec l’ensemble du personnel éducatif et  pédagogique .

 

·        Le professeur :

Cette méthode améliore, en qualité  et en efficacité, la pratique du professeur :

-          Il gère, avec rigueur, et sans difficulté, l’hétérogénéité de sa classe. Le suivi individualisé  permet de savoir ce que chaque élève a  appris et retenu ( ce qu’il sait) et mesurer ce qu’il sait faire de ce qu’il a appris ( l’élève  doit réussir des exercices ou situations problèmes en lien avec le niveau de compétences qu’il doit atteindre obtenir pour valider ce niveau  ). 

-          Les erreurs « constatées » vont permettre au professeur  d ‘intervenir efficacement, au moment propice, il pourra donner  une activité de remédiation appropriée , afin que l’élève corrige ses erreurs .

-          Tous les travaux  sont notés , le travail de rattrapage  est aussi noté , on recherche l’obtention de la note maximale ( 20/20) (l’élève est toujours d’accord pour fournir un effort , surtout si la note de rattrapage est intégrée dans sa moyenne .

 

 

L’objectif global : Développer chez l’élève  l’envie d’apprendre et de réussir .

 

On peut parler de  méthode qui  déclanche chez l’élève « le geste d’intentionnalité ».(lire : La Garanderie)

 

 

A LIRE : Ce sont des arguments pour comprendre le bien fondé  à  posséder ce travail ( produit informatique et méthode)  .

 

Ce sont des critiques , des constats , mais aussi  des solutions. 

 

L’échec scolaire est l’échec d’une « certaine » pratique éducative.

La réussite scolaire est la réussite d’une « certaine » pratique éducative.

 

 Ce logiciel libre  a pour prétention de fournir les informations et les  outils qui vont permettre de :

 -   Mettre en situation de réussite scolaire tous les élèves ou adultes.

-     De  donner la possibilité de réussir scolairement. 

-     De garantir  la réussite.

 

Ce logiciel libre  a pour but de « recadrer » voir « recentrer » les activités des professeurs ou formateurs.

« former ce n’est pas …….» :

 

-          Cela ne se limite pas à chercher des méthodes pour faire passer de l’information.

 

 «  à quand la bonne information au bon moment ?»

 

« Juger un élève sur sa quantité et sa qualité de travail  ce n’est pas …….. »

-          Ce n’est  pas « contrôler » parce qu’il faut une note pour le trimestre .

-          Ce n’est pas chercher  à montrer que l’ élève a  ou n’a pas  travaillé et pour cela  lui attribuer au devoir une note qui va permettre de conclure qu’il « a le niveau » ou « n’a pas le niveau », avec en complément  la culpabilisante phrase  « n’append pas ses leçons » alors que jamais ou rarement il est vérifié si l’élève a apprit .

-          Il y a beaucoup à dire sur ce  jugement «  n’apprend pas sa leçon »  et sur le rôle que l’on fait jouer à la note (On serait bien surpris si l’on cherchait à  connaître le  pourquoi et les raisons des échecs constatés).

-          Ce n’est pas donner un seul devoir  « pour voir » qui peut permettre « un jugement ; un avis ; des préjugés ».

  

  Faire de la pédagogie de la réussite  c’est :

 

 

Quand utilisera - t on les erreurs pour parfaire les apprentissages ?  :

Quand utilisera – t- on   les corrections et les corrigés    pour aider l’élève  à travailler , à  continuer ses efforts , à le faire progresser pour qu’il puisse atteindre le niveau dans chaque leçon qu’on lui demande d’étudier  . ?

 

A la fin de chaque cours, et plus encore , à la fin de chaque cycle de formation un individu  doit avoir  acquis et fait validé    un capital  de savoirs et savoirs -  faire .

 

Ces connaissances doivent être  communes à tous les élèves et doivent être acquises .

 

Souvenons nous que , « par exemple »  les  savoirs à acquérir  les savoirs faire  à réussir en niveau V  servent de  pré requis en niveau IV ( bac prof.

 

Aussi pour un professeur :

 

 

 

Cette  nouvelle information prend appui sur des savoirs et savoirs faire pré requis (état initial)  en vu de capitaliser d’autres savoirs et autre savoirs faire ( état final) . Il est nécessaire de   savoir mesurer la différence entre l’état initial et l’état final, pour chaque nouvel  objectif à atteindre ou « comportement »  prévu . Cette mesure ( possible à partir d’un devoir écrit ) doit permettre de mesurer  si l’objectif est atteint et d’ analyser pourquoi cet écart n’est pas entièrement réduit . (pourquoi cette erreur ?, et comment faire pour qu’elle ne se reproduise pas ? )