warmaths

Pour Aide et  Formation Individualisée

DOSSIER :   STATIQUES 

>>>>>Info professeur

 

 

III )   INFORMATIONS  «  formation leçon » :

 

 

Test

 

COURS  

Travaux  auto - formation.

 

Corrigé des travaux  auto - formation.

Contrôle

évaluation

INTERDISCIPLINARITE

Corrigé Contrôle

Corrigé

 évaluation

 

 

Chapitres :

 

 

 

i9  

Notion de force.

:i

 

 

i9  

Principe de l’égalité de l’action et de la réaction.

:i

 

 

i9  

Equilibre d’un point matériel :

:i

 

 

 

 

 

 

 

 

Activités :Travaux Pratiques.

Barème de notation .

 

 

Leçon

Titre

 

PRINCIPE DE L’ EGALITE DE L’ ACTION ET DE LA REACTION

I) Notion de force.

 

« pousser »

 

Dessiner ici   un autre exemple :

L’attraction terrestre.

 

Dessiner un exemple :

Remarque : l’action et la réaction sont des forces directement opposées qui agissent sur des corps différents.

Remarque : le cheval tire sur la voiture qu’il entraîne. Mais la voiture tire de sens contraire sur le cheval. L’action est la réaction s’exercent entre corps en mouvement comme entre  corps au repos.

Les forces    et    s’exercent en tout point « A » du trait. Juste avant le démarrage les forces     et   sont égales et directement opposées suivant le trait .

 

Principe de l’égalité de l’action et de la réaction.

 

Une force appliquée à un corps « A » est toujours due à l’action d’un autre corps « B » qui agit, soit au contact, soit à distance.

La main et le boulet  sont seuls visibles. On sait malgré cela que le boulet exerce sur la main une « action » et la main exerce sur le boulet une « réaction ».

 

PRINCIPE DE « NEWTON »     

          ( Newton :savant anglais 1642-1727)

Si un corps « A » exerce une force (ACTION) sur un corps « B », inversement « B » exerce sur « A » une force directement opposée ( REACTION).

 

 Cet énoncé ne suppose  pas que les corps « A » et « B » soient au contact ; il s’applique aussi lorsqu’ils agissent l’un sur l’autre à distance.

 Le principe de l’égalité de l’action et de la réaction s’applique , que les corps soient en repos ou en mouvement.

 

 

Ainsi les forces vont toujours de paires : pas d’action sans réaction, c’est à dire pas de force sans force directement opposée.

Mais « action » et « réaction » sont appliquées sur des corps différents, en contact ou non, en repos ou en mouvement. 

 

Applications du principe d’égalité de l’action et de la réaction :

 

Soit 2 exemples simples :

 

1° exemple : Réactions aux appuis d’une poutre :

 

Soit une poutre de poids « P » donc attirée vers le bas, reposant sur deux appuis « A » et « B » .

Pour simplifier l’étude, nous supposons que ces appuis sont des arêtes de deux prismes triangulaires :

 

La poutre exerce sur chacun d’eux une poussée verticale, sens de haut en bas.

 

     

Inversement, chaque appui réagit sur la poutre avec une force verticale, sens de bas en haut.

La poutre  se trouve donc soumise aux forces suivantes, supposées dans un même plan :

a)     Forces de contact exercées par les corps qui la touchent :  en A ,   en B , appelées « réactions des appuis ».

b)     Forces à distance exercées par les corps qui l’attirent :    appliquée au centre de gravité « G » de la poutre.

2ème  exemple )   Force de tension d’une corde : (tir à la corde ou remonté d’un seau d’eau du fond d’un puit), cette force s’exerce en une section droite de cette corde.

Si la corde était coupée en cette section, il faudrait, pour maintenir chaque tronçon dans le même état qu’avant la coupure, appliquer une force sur chaque bout de la coupure.

 Remarque :    la partie I de la corde tire sur la partie II avec une force « F = 10 N» et inversement la partie II tire sur la partie I avec une force « F’ = 10N » . Les forces sont directement opposées en vertu du principe d’égalité de l’action et la réaction.

 La valeur commune de ces deux forces mesure « la force de tension » de la corde dans la section considérée.

Si une corde en équilibre est parfaitement flexible et de poids négligeable, la force de tension a la même valeur dans toutes les  sections ; elle a même intensité que la force qui tire à l’ un  des bouts de la corde .

 

 

9@ INFO plus ( expériences)

Equilibre d’un point matériel :

Un point matériel soumis à l’action d’une seule force , son poids par exemple, ne reste pas en équilibre.

Exemple : on lâche un morceau de craie , « il tombe », donc il n’est pas en équilibre. Or à partir du moment où on le lâche, une  seule force agit sur lui : son poids, qui est une force verticale, de sens de haut vers le bas*.

Remarque : Le morceau de craie, à partir du moment où on le lâche, n’est plus en contact qu’avec l’air et les forces qui résultent de ce contact (poussée hydrostatique et résistance de l’air) sont pratiquement  négligeables)

* Le morceau de craie  finit par s’arrêter sur le sol, où il reste immobile. Mais il est alors soumis à deux forces : son poids et le réaction du sol.

Définition 1 : « points matériel » : il nous arrive, au cours de nos expériences, de faire agir des forces sur des corps solides de petites dimensions, donc de « poids négligeable » par rapport à ces forces. Dans les schémas nous représentons ces solides par des points et nous les appelons : points matériels.

Définition 2 :  « équilibre » : En mécanique , on emploie souvent le mot « équilibre ». pour en comprendre le sens on dit en statique que : un corps est en équilibre lorsqu’il est au repos, c’est à dire immobile.

A)  Point matériel soumis à l’action de deux forces :

Conditions  d’équilibre :

les  deux conditions nécessaires et suffisantes pour qu’un point matériel soit en équilibre sous l’action de deux forces  est que celles -ci soient   de même intensité  et  directement opposées.

 

 

Voir description de l’ expérience : info plus.

 

 

 

 

 

 

 

Leçon

Titre

 

                           TRAVAUX d ’ AUTO - FORMATION        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TRAVAUX  d ’ AUTO - FORMATION : CONTROLE

 

 

 

 

 

1°) On dit que  deux forces sont directement opposées:si  ………………?......

 

 

 

 

 

 

 

 

TRAVAUX  d ‘ AUTO - FORMATION   EVALUATION