WARMATHS . fr  et la FORMATION DES MAITRES : NIVEAU V

 

►SUITE (code)

 

 

 

 

 

MISE EN PLACE D’UN NOUVEAU PROCESSUS DE FORMATION.

Se former : c’est mettre en œuvre des activités d’apprentissage et mémoriser des nouveaux savoirs. Ce former c’est donc capitaliser d’autres savoirs et développer de nouvelles compétences.

 

Tout individu qui  entre et suit une formation diplômante ou promotionnelle, en vue d’obtenir un  certificat  doit faire valider ses apprentissages.  Et donc passer , jusqu’à la réussite , des épreuves formatrices en rapport avec le niveau visé.

 

Stratégie warmaths   :  Mettre en place un suivi et un accompagnement individuel  tout au long de la formation , jusqu’à ce que le niveau visé soit atteint par tous.

La durée nécessaire aux apprentissages n’étant pas un obstacle. Il est possible de tenir  compte des rythmes  de chacun, et redescendre de niveau pour une formation complémentaire pour combler ses  lacunes. Toute progression  dans un domaine ou un module  est subordonnée à la validation des apprentissages qui précède  un apprentissage de niveau immédiatement supérieur.  

 

              Ce nouveau processus  pédagogique visant « la réussite pour tous » , c’est:

 

                         A)  Une nouvelle organisation de l’espace et  l’individualisation de la durée  de la formation , avec  la création d’un  espace  pour l’information et la  formation individualisée  , un espace  de formation pour cours magistral ;  une salle de « métrologie cognitive » (lieu ou se déroule les épreuves qui vont servir à valider ou pas le niveau visé) .

                 

                          B) Individualisation du suivi : s’appuyer sur les erreurs  rencontrées lors de  travaux auto formatifs et travaux formatifs pour mettre en place une formation individualisée , personnalisée , différenciée ; jusqu’à ce qui le niveau de formation visé soit validé. 

 

     A ) GESTION DE L’ ESPACE et  du TEMPS::

         

  1- Gestion de l’espace  « géographique »

          1°) Un centre d’informations permanent .ouvert en continu , pour diffusion contrôlée de documents papiers et multimédia .

          2°) Un atelier de formation pour travail individualisé  : réservé à l ‘activité pédagogique , aide , remise à niveau , remédiation , ……….

         3°) Une salle de « métrologie cognitive »: lieu de passage des productions écrites ( formatives , certificative , diplômantes ; ….) accés réglementé  sous la responsabilité d’une personne qui doit gérer  la distribution des épreuves ( consignes données par le formateur) et le déroulement et la ventilation des épreuves  en vue d’une correction .

 

    2- Gestion de temps  .

                          L’individu gère, à partir d’un calendrier  type ,son  temps et la durée  ( nombres d’ heures modulables)  de formation . Afin de juger un premier niveau de celui qui doit se former, on fixera et  respectera des  dates limites pour la réalisation du premier devoir formatif qu’il faut passer pour valider  ou poursuivre les activités d’apprentissages dans chaque leçon.  Pour guider chacun et l’aider à se situer dans le temps on donnera un calendrier type dans une  progression normale .Certain peuvent aller plus vite , d’autres peuvent posséder du retard pour des raisons justifiables mais ils ont toujours la possibilité de reprendre la formation au niveau qu’ils ont atteint et bien entendu « validé ».

 

B )  Une formation et un suivi individualisé:

                    La formation individualisée s’appuie  sur un suivi individualisé ,cela implique une nouvelle gestion et utilisation des contrôles et évaluations  ( productions écrites ).

 

                       Tous les devoirs mesurent une progression (on mesure  un écart entre ce qui est validé et ce qui doit être validé )  

Ces devoirs ont  pour rôle de positionner l’individu dans son « propre » niveau ou degré d ’ assimilation des acquis exigés.

La qualité de la correction permet d’identifier les erreurs et les manques ,

 

Ainsi s’ ils sont  identifiés, on peut «  discuter avec l’élève » ( feedback) ,on peut alors envisager une formation complémentaire   et alors compenser par une phase de médiation ( rattrapage ) pour déboucher sur la phase d ‘ une renégociation en vue de la validation.

                  Les devoirs écrits  ont  pour seuls raisons  de positionner l’individu dans son développement et sa progression.

On doit rechercher  la réussite par tous les moyens  ,cela passe par des échecs successifs, la notion de « durée »  ne peut pas être une limite  ni sanctionnée dans le cadre d’un devoir formatif ,  s ‘il y a blocage il faut interrompre le devoir  et repartir continuer ou parfaire la formation entreprise . 

                 C’est  à la suite de la correction du « devoir écrit »,que se met en place, si cela s’avère nécessaire , le dialogue pédagogique.

 

                 Chaque « validation »  par le professeur ou formateur  sert de point de départ pour  une autre étape d’apprentissage  ou un autre objectif de formation.

 

 

 

 

 

 

WARMATHS :,

a)   C’est une nouvelle méthode de formation centrée sur l’individu    sans l’isolé  que cet « apprenant »  appartienne  ou non à  un groupe .

b)   C’est  une méthode formative, qui prend en compte l’individu , en tant que tel , et  qui permet d’assurer son suivi et son accompagnement pendant tout le temps que doit durée la formation , jusqu’à l’objectif final.

c)    Ce sont des stratégies  pour aider chacun à se former , c’est  chercher à faire réussir  et donc   adapter les travaux  , avec pour objet d’atteindre l’objectif  « ponctuel » fixé .

d)   C’est  aussi  une banque de données interactives gérer par un didacticiel  qui  donne toutes les informations nécessaires  à la formation   en respectant  l’ordre « chrono - logico - mathématiques ».

 

L’ entrée en formation s’effectue par le niveau V :

 

 Ce niveau englobe  les  difficultés traités dans les  programmes : 4éme ; troisième , CAP - BEP , Second , entrée en bac prof.)

 

La banque de données couvre toutes la formation en mathématiques ( arithmétique compris) du début de la primaire à l’entrée en formation niveau IV), ce qui permet de redescendre à tout instant  en formation complémentaire , pour remédier aux lacunes ou autres difficultés empêchant de progresser.

 

 

Formation spécifique :

 En cas de reprise d’études d’un individu ( entrée libre en formation , sans contrainte calendaire  ) ou en cas de travail en groupe constitué ( formation programmée dans le temps , à durée limitée ) : une période de formation destinée à homogénéiser le niveau du groupe ; à aider à acquérir des méthodes pour apprendre à apprendre .

 

 

Basique.

 

 Rôle du professeur :  : Un professeur a pour mission  principale de faire acquérir des connaissances à tous les élèves dont il a la charge .

 

.Acquérir des connaissances c’est faire capitaliser des savoirs « déclaratifs » et vérifier  que ces nouveaux savoirs sont acquis avec un devoir « contrôle » et  compris  en faisant passer un devoir « évaluation » permettant de mesurer le niveau de mise en œuvre des « savoirs » acquis. Ces devoirs sont notés et rattrapés après une formation complémentaire, cela jusqu’à ce que le niveau à atteindre ( défini par le référentiel) soit atteint.

 

Le maître est « professeur » et « pédagogue » . Quand il prend en charge une classe , il  a deux séries de texte officiels à connaître et respecter impérativement . c’est   le programme et le référentiel qui sont en rapport avec le niveau à faire atteindre à chaque élève. Ses activités pédagogiques sont diversifiées si elles servent l’élève et les objectifs à lui faire atteindre.

L’un guide l’action pédagogique : les intitulés des leçons et les intitulés des objectifs à atteindre. Le second défini le niveau de difficulté à faire atteindre à l’élève, il mesure des compétences à faire acquérir à la fin de l’apprentissage dans la leçon concernée.

 

Les activités « annexes » tel que les PPCP , stage de toutes sortes , clubs, visite , sorties extra pédagogiques ….. sont des activités de diversion , de distraction. « La cerise sur le gâteau » . Elles gênent plus qu’elles aident l’élève à réaliser son travail scolaire. Elles ne doivent pas  se substituer aux heures minimales du programme  qui sont reconnues nécessaires à la prise d’information  , l’analyse de cette information , et les travaux formatifs qui doivent permettre de situer l’élève dans sa progression , et dont les objectifs et les compétences à atteindre sont  imposés.   

 

Dans tous les cas on doit savoir identifier les activités formatives destinées  à faire obtenir un niveau de formation  ( la formation est  validée (et non certifiée)  par la réussite des épreuves formatives). En fin d’une formation il faut considérer que  le niveau atteint représente le niveau de connaissances pré requis pour aborder une formation de niveau supérieur.

Si l’on veut sanctionner la fin d’une formation par la remise d’un diplôme on fera passer des  activités certificatives destinées à « entériner » la  période de formation . Ces travaux  servent à vérifier  si  un minimum de compétences terminales  sont  acquises . ( diplôme =  salaire) .

 

Cela n’empêche pas le professeur d’être un guide ou un modèle  pour aider l’élève à devenir un citoyen : il doit  fixer des règles de fonctionnement et les faire respecter, dans sa classe et dans son établissement.

Il n’est pas nécessaire au professeur de se faire aimer pour ce qu’il paraît être. Individualiser c’est s’occuper de chaque « individu » avec ses défauts et ses qualités . Faire progresser un individu c’est rentrez en « conflit » avec lui , c’est l’aider à se transformer , pour mieux évoluer dans la société.

 

Le plaisir d’apprendre n’existe pas , apprendre est une souffrance , c’est rentrer en conflit avec soit même .Le plaisir d’avoir appris et de savoir  apporte beaucoup de « jouissance » intellectuelle.

Warmé R - 02